Augmentations salariales dans le caddie

A l’heure où les employeurs sont tentés de réduire les rémunérations, les salaires minimums et de référence progressent de 100 francs chez Coop

Avec les autres partenaires sociaux signataires de la Convention collective de travail (CCT) de Coop, Unia a obtenu une progression de la masse salariale de 1% et une importante revalorisation des salaires des employés du distributeur. L’ensemble des salaires minimums et de référence seront augmentés de 100 francs dès le 1er janvier 2021. Le salaire mensuel du personnel d’exploitation sans formation atteindra ainsi 4000 francs, versé treize fois. Pour un équivalent plein-temps, les salaires jusqu’à 4700 francs toucheront une revalorisation de 40 francs. Les auxiliaires rétribués à l’heure bénéficieront aussi de ces hausses. Enfin, les salaires supérieurs à 4700 francs obtiendront des augmentations individuelles selon des critères fixés par l’employeur.

«Le groupe Coop avait octroyé une prime exceptionnelle au printemps, mais pour nous, cela ne suffisait pas, la reconnaissance de l’engagement du personnel durant la pandémie devait aussi passer par une revalorisation générale des salaires. Coop se portant bien, il est normal que les bénéfices soient redistribués, mais ce n’était pas gagné d’avance», indique Arnaud Bouverat, membre de la direction du secteur tertiaire d’Unia. «Même si elle ne se situe pas à la hauteur que nous demandions, c’est la première fois que nous obtenons une hausse générale depuis 2013. La mesure est transparente, contrairement aux augmentations individuelles, les salariés savent s’ils bénéficieront ou non d’une revalorisation. L’augmentation ciblée sur les salaires en-dessous de 4700 francs est une mesure particulièrement sociale envers les catégories qui en ont le plus besoin. Et la hausse des salaires minimums et de référence de 100 francs permet d’atteindre les 4000 francs minimums versés treize fois; c’est une revendication de longue date. Il s’agit d’un bon résultat de négociation toutes branches confondues au moment où, s’appuyant sur le renchérissement négatif, les patrons ont plutôt tendance à brandir des baisses de salaire. Et d’un bon signe alors que la CCT de Coop sera renégociée l’année prochaine. Coop joue une carte plus sociale que Migros.»

Le groupe professionnel Coop d’Unia a ratifié l’accord salarial à une majorité de deux tiers des voix. «Le dernier tiers s’est montré critique vis-à-vis des montants et de leur distribution, explique Arnaud Bouverat. Il ne faut en effet pas que les augmentations générales s’arrêtent à 4700 francs, il y a aussi un devoir de faire bouger les salaires au-delà.»