Chaleur meurtrière

Au boulot ou en vacances, ici ou un peu plus loin, hyperconnecté ou ayant pris ses distances avec les médias, personne n’aura échappé à la canicule de cet été. Avec des températures qui ont atteint 34 degrés dans l’arc Lémanique, peut-être même plus, cette chaleur étouffante vous a épuisé, a perturbé votre sommeil, vous a peut-être même étourdi ou rendu malade. Eh bien, il faudra vous y habituer, car plus la Terre se réchauffe, plus nous sommes susceptibles d’être exposés à ce genre d’épisodes caniculaires. N’en déplaise aux climato-sceptiques, une étude du World Weather Attribution confirme que canicule et réchauffement climatique sont bel et bien liés. Les scientifiques sont formels: la canicule qui s’est abattue sur l’Europe aurait été deux fois moins probable sans l’action des humains sur le climat.

Au Portugal et en Espagne, qui se sont transformés en véritables brasiers, les thermomètres ont dépassé la barre des 45 degrés, allant jusqu’à causer la mort. La Californie est actuellement ravagée par le pire incendie de son histoire. Au Japon, la chaleur a déjà tué huitante personnes. Au nord, en Suède, une sécheresse inédite a entraîné la fonte du plus haut glacier du pays, mettant à mal l’habitat de la faune locale mais aussi la sécurité des randonneurs. Le Mont-Blanc, quant à lui, s’effrite et est sujet aux chutes de pierres. Moins commun, en Allemagne, la sécheresse de l’Elbe a fait remonter à la surface des grenades et des mines antipersonnel datant de la Seconde Guerre mondiale… La Suisse est loin d’être en reste. Le bas niveau des rivières et leur température élevée sont gravissimes. A Schaffhouse, où l’eau du Rhin est montée à 27,5 degrés, des centaines de kilos de poissons ont succombé à la chaleur. En Romandie, de l’eau a dû urgemment être affrétée par l’armée pour abreuver le bétail d’alpage. De son côté, la Confédération a décidé de baisser les droits de douane sur le fourrage importé pour nourrir les bêtes.

Dans ce contexte, difficile de nier l’évidence et surtout l’urgence d’agir. Que ce soit des vagues de chaleur, des tempêtes, des tremblements de terre ou encore des pluies diluviennes, l’intensité de ces phénomènes météorologiques est accentuée par les changements climatiques. Si on continue à évoluer dans ce sens, les climatologues prédisent des températures dépassant les 50, voire les 55 degrés en France et en Suisse dans la deuxième partie du siècle. Avec tout ce que cela implique: sécheresse, déplacement des populations, maladies, etc. L’heure n’est plus à la discussion mais à l’action, individuelle et collective. Il n’y a pas de fatalité, chacun peut agir à son niveau. Encore faut-il en prendre conscience…