Connaître l’histoire, pour comprendre les réalités

Actuellement, une campagne capitaliste des Etats-Unis et de l’Union européenne s’attaque à la Russie. Seule grande puissance qui ne s’ouvre pas à l’influence libérale de ces régions, qui veulent trouver et diriger de nouveaux marchés commerciaux, pouvoir vendre des canons et ainsi provoquer de nouvelles guerres.

La Russie résiste à ces prédateurs qui ont comme seul but d’enrichir les grands directeurs des entreprises, ou les hedge funds, en rachetant des sociétés pour mettre les Etats pieds et poings liés à ces requins. Il faut trouver des moyens détournés pour arriver à ces fins, en désignant la Russie comme le grand méchant.

Je rappelle juste que la Russie actuelle (Fédération de Russie) n’a jamais envahi ou attaqué de pays contrairement aux USA, à la France, à la Grande-Bretagne, ces derniers étant toujours présents par exemple en Syrie et en Irak (le pétrole en étant la raison). La Russie se retire actuellement du Kazakhstan où elle a été appelée par le président de ce pays. L’attitude des Russes est sans doute due à son histoire. Ils ont été attaqués par les Tatares, les Mongols, les Turcs, les Teutoniques, les Polonais, les Suédois, les Français, les Allemands! Le Gouvernement ukrainien a provoqué des troubles en soutenant des groupes d’extrême droite qui revisitent l’histoire en mettant à l’honneur le collaborateur des nazis Bandera, et surtout, en envisageant de louer la base de Sébastopol en Crimée aux forces navales de l’OTAN et des Etats-Unis.

Ce qui est sûr, c’est que de grands groupes de médias, aux mains des multinationales, veulent augmenter leurs parts de marché. Ils manipulent les gens en ne disant pas la vérité. Il faut que des hommes de bonne volonté se lèvent, comme les diplomates des Accords de Vienne de 1815 qui ont confirmé la neutralité de la Suisse.

Les accords de Minsk et le protocole «Normandie» sont clairs! L’Ukraine doit devenir un Etat fédéral, comme l’Allemagne et la Suisse, et donc réformer sa Constitution et se transformer en Etat neutre pour ainsi intégrer l’ensemble de la population dans une nation unie et solidaire. Cela permettra à la Russie d’être tranquillisée sur sa frontière ouest.

Pour l’avenir, rêvons à l’intégration de l’Ukraine et de la Russie dans l’AELE. Cela permettra de lier la Russie à l’Occident. Le dossier ukrainien doit être abordé avec les yeux et les pratiques de la Suisse, qui sont celles des discussions, de l’intégration, de la solidarité et du respect des minorités, avec le renforcement de la démocratie, de l’Etat de droit et de tout ce qui va avec.

Le syndicat et la CES (Confédération européenne des syndicats) doivent être intégrés dans ces discussions, car nous avons des réseaux dans tous les pays, car le syndicalisme est internationaliste et qu’il lutte pour la démocratie, la solidarité et le respect des citoyennes et des citoyens. Pour une Europe en paix, c’est l’avenir et notre défi.

Didier Zumbach, vice-président d’Unia Vaud, Orbe