Cruciaux défis écologiques sur grand écran

Au premier plan: une jeune fille au milieu d'un champ vert. A l'arrière-plan: une usine avec plusieurs cheminées
©DR

Image tirée du film de Béatrice Camurat Jaud, Grande-Synthe: La ville où tout se joue.

Alors que des étudiants suisses et d’ailleurs se préparent pour une grève internationale le 15 mars prochain, avec le soutien d’une pléthore de chercheurs, le 14e Festival du film vert tombe comme un fruit mûr. Du 1er mars au 15 avril, dans 70 villes de Suisse romande et de France voisine, mais aussi à Zurich et au Tessin, une soixantaine de documentaires du monde entier, abordant le thème de l’écologie au sens large, seront projetés. De la construction écologique en Equateur, au véganisme, en passant par le traitement des déchets, les vignerons alternatifs ou la planète plastique, les sujets retenus sont aussi foisonnants que le programme. Et que les lieux: Châtel-Saint-Denis, Le Locle, Porrentruy, Genève, La Neuveville, Lausanne, Fontainemelon, Fribourg, Le Sentier, Montreux, Arbaz, Meyrin…

Le film phare de cette édition sera projeté un peu partout: La Terre vue du cœur, qui donne notamment la parole à l’astrophysicien Hubert Reeves et au philosophe Frédéric Lenoir. Alors que la biodiversité est en péril, ce film rappelle le fascinant mystère du vivant. Selon Nicolas Guignard, directeur du Festival, il «réussit à la fois à attirer l’attention sur la gravité des menaces qui pèsent sur la biodiversité (humains compris), tout en donnant de l’espoir et l’envie de s’engager. J’espère qu’il contribuera à cette réaction collective dont nous avons tellement besoin.»

De nombreuses interventions de réalisateurs, de scientifiques, de militants écologistes sont prévues après les projections, le Festival se voulant un espace de réflexion et de débat sur l’avenir de la planète.

Programme complet: festivaldufilmvert.ch