Délégué syndical licencié à Cointrin

Le Syndicat des services publics (SSP) a dénoncé le 9 décembre le licenciement abusif d’un délégué syndical de Custodio, entreprise en charge de la sûreté à l’aéroport de Genève. Membre du groupe Securitas, Custodio, qui emploie environ 220 personnes, a remercié ce travailleur pour des propos qu’il aurait tenus dans une discussion groupée sur Messenger dont il était l’administrateur, aujourd’hui close. Pour le SSP Aéroport, pas de doute, l’employé en question a été licencié pour la seule et unique raison de son engagement syndical. «Custodio ne supporte pas la présence syndicale. De plus, cette entreprise se permet de surveiller de manière illicite son personnel et de prononcer un licenciement abusif basé sur des informations obtenues contre toute bonne foi et les lois en vigueur.»

Le syndicat a dénoncé les faits à l’Office cantonal de l’inspection et des relations de travail, ainsi qu’à la commission nationale de la CCT de la sécurité et à la direction de l’aéroport. Mais rien ne se passe. «L’Etat laisse faire», s’indigne le SSP Aéroport dans son communiqué de presse, et tire la sonnette d’alarme: «Les entreprises prestataires de la sûreté exercent une concurrence malsaine sur le dos du personnel. Des agents épuisés risquent de ne pas être suffisamment opérationnels pour assurer une sécurité optimale.»