Denner: deux poids, deux mesures

Unia a sensibilisé la clientèle aux conditions de travail des employés d’un satellite et d’un partenaire Denner à Vouvry et au Bouveret
© Niel Labrador

Unia a sensibilisé la clientèle aux conditions de travail des employés d’un satellite et d’un partenaire Denner à Vouvry et au Bouveret. Ils ont aussi informé des vendeurs des différences de traitement avec leurs homologues oeuvrant pour le groupe.

Dans certains satellites et partenaires de Denner, dénonce Unia, les employés gagnent 2000 francs par mois pour 45 heures par semaine

«Scandaleux et trompeur!» Secrétaire syndical d’Unia, Blaise Carron ne mâche pas ses mots pour évoquer la situation prévalant dans certains satellites et partenaires de Denner. Le syndicat a en effet eu connaissance de conditions de travail déplorables dans des magasins commerçant sous cette enseigne. «Dans certains d’entre eux, le temps de travail hebdomadaire est de 45 heures, les salariés ont droit à quatre semaines de vacances par année – cinq à partir de 50 ans – et ne reçoivent pas de 13esalaire. Pour couronner le tout, des rémunérations scandaleusement basses sont pratiquées, comme un salaire mensuel de 2000 francs pour 45 heures de travail par semaine, soit 10,25 francs de l’heure! Un revenu deux fois inférieur au salaire minimum pratiqué par Denner.» Une situation qui irrite d’autant plus le syndicaliste que les conditions de travail décrites sur le site de Denner se révèlent tout autres, laissant croire aux intéressés qu’elles concernent l’ensemble de ses commerces, y compris ses autres entités. Et alors que toutes vendent des produits Denner et que leur personnel porte l’habit de travail de la marque.

Sensibiliser la clientèle...

«Si l’on compare les chiffres mentionnés sur le site de Denner à la réalité des satellites, on mesure la différence.» Denner annonce en effet dans ses magasins des rémunérations mensuelles planchers à 4025 francs, soit 21,60 francs de l’heure. Il est aussi fait mention d’un 13esalaire, d’un minimum de six semaines de vacances par année (32 jours à partir de 50 ans et 35 jours à partir de 60 ans). La durée de travail hebdomadaire s’élève quant à elle à 43 heures. «On est alors en droit de penser que ces conditions sont valables pour tous les employés travaillant sous cette enseigne.» Dans ce contexte, Unia a organisé mercredi dernier une distribution de tracts devant les satellites Denner de Vouvry et du Bouveret, l’idée étant de sensibiliser la clientèle à la difficile situation de certains vendeurs. «A l’heure de la transparence et de la traçabilité, nous estimons important de l’informer de cet état de fait. Le rendre public» 

... et susciter une réaction du groupe

L’action du syndicat poursuit également comme objectif de susciter une réaction rapide de Denner pour qu’il procède à un contrôle des conditions de travail dans l’ensemble de ses satellites, partenaires et franchisés en Suisse et corrige le tir afin que tous les collaborateurs soient vraiment logés à la même enseigne. «Denner doit agir! Sans cela et avec l’accord implicite de ce dernier cette fois, non seulement le personnel de ces satellites continuerait à être grugé, mais aussi la clientèle.» Dans tous les cas, pour le syndicaliste, en l’absence de changement, Denner doit se montrer plus explicite sur son site. «La clientèle doit savoir ce qu’il en est.»

Le groupe Denner compte en Suisse 811 succursales, dont 25 franchisées et 264 satellites et partenaires, soit 35% de l’ensemble des commerces. L’an dernier, il a comptabilisé près de 144 millions de clients incluant les 37,4 millions d’acheteurs de ses différentes entités. Le nombre de collaborateurs atteignait, lui, 4810 personnes.