Financement de nos retraites, que de temps perdu!

C’est un serpent de mer depuis longtemps, le financement de nos retraites est en butte à des principes idéologiques, et à des attaques lancées par la droite économique. Cette dernière ne veut pas d’augmentation des cotisations.

Ces irréductibles idéologues issus du monde financier font échouer toutes les réformes du financement de l’AVS. Cela en combattant toutes les évolutions présentées par les syndicats et la gauche. Un exemple: l’initiative AVS plus. Par contre, ils présentent des projets injustes, dont les principaux axes sont: des augmentations de l’âge de la retraite et des baisses de prestations.

Il serait juste, que l’on mette en place un financement par une augmentation des cotisations. Une telle augmentation aurait l’avantage majeur de tenir compte de la capacité financière des futurs retraités. Autre avantage, cette hausse mettrait en place le principe de la parité, de cette façon tout le monde est concerné par nos retraites.

Augmenter l’âge de la retraite est une très mauvaise idée, tout d’abord les femmes ne doivent pas être grugées par cette désagréable farce.

Autre très mauvaise idée, augmenter l’âge de la retraite à 67 ans, lorsque l’on sait qu’après 50 ans, il est très difficile, voire impossible, de retrouver une situation professionnelle après un licenciement.

Il faut enterrer la peur utilisée par les idéologues financiers qui voudraient nous faire prendre de mauvaises décisions. D’ailleurs, les Suisses ne s’y trompent pas, puisqu’ils prennent, de plus en plus, la retraite anticipée avant l’âge prévu par la loi. Il faut nous exprimer avec beaucoup de force pour dire que les retraites sont l’affaire de tous, elles nous appartiennent.

Thierry Cortat, membre du comité régional de Transjurane, Delémont