Flexibilisation du travail et PF17 au menu du comité central d’Unia

L’instance d’Unia a débattu des orientations et des motions qui seront présentées par le syndicat au Congrès de l’USS

«Les conditions de travail et les salaires sont sous pression.» Ce constat a été au cœur des discussions du comité central (CC) d’Unia réuni le 6 juillet. Le CC a décidé de motions qui seront soumises au 56e Congrès de l’Union syndicale suisse (USS), lequel se tiendra les 30 novembre et 1er décembre à Berne. Ces motions portent sur la question des conditions de travail et des salaires, sur le progrès social et les conventions collectives, sur la prévoyance vieillesse (voir à ce sujet L’ES du 4 juillet). Le Projet fiscal 2017 était aussi à l’ordre du jour.

«Les syndicats doivent fondamentalement résister à la précarisation des relations de travail et aux stratégies néolibérales de flexibilisation, et se battre pour la protection des salaires et des conditions de travail, la réduction du temps de travail, l'autonomie des salariés et la conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée», note Unia dans un communiqué. Le syndicat se prépare également à «repousser les attaques imminentes du camp bourgeois contre la Loi sur le travail et les réglementations sur le temps de travail».

Autre sujet de préoccupation, les cadeaux fiscaux aux entreprises. Le CC d’Unia a affiné sa position sur le Projet fiscal 17 (PF17), nouvelle mouture de la 3e Réforme de l’imposition des entreprises, en cours de discussion au Parlement. Pour le CC d’Unia, «de nouveaux “rabais d’impôts” introduits par le PF17 jusqu'à hauteur de 70% des impôts cantonaux et communaux dus sont beaucoup trop importants et insuffisamment compensés (imposition trop faible des dividendes et trop peu de restrictions sur le principe de l'apport en capital). Le PF17 prévoit un transfert de l'impôt fédéral vers les cantons, mais pas de mesures suffisantes pour contrer la concurrence fiscale intercantonale.» Sous cette forme, relève Unia, le Projet fiscal «menace le financement du service public». Une position inacceptable pour le syndicat qui demande une correction du projet.

Le CC d’Unia exige également un vote séparé sur PF17 et sur le financement de l’AVS par une hausse des cotisations et des contributions fédérales tel que prévu dans le compromis adopté par le Conseil des Etats. «De cette manière, les votants pourront exprimer leur point de vue sur chaque réforme séparément», indique le communiqué. Par ailleurs, Unia ne décidera qu’une fois le projet fiscal finalisé s’il lancera ou non le référendum contre PF17 au niveau suisse. Mais quelle que soit sa position au niveau fédéral, «Unia combattra les paquets de cadeaux fiscaux dans les cantons».

 

La position du CC d’Unia sur PF17 est disponible sur le site www.unia.ch