Hommage aux victimes d’écocides

Manifestants déversant un liquide rouge dans la rue.
© Thierry Porchet

Jeudi 6 juin, une marée rouge devait recouvrir la place Fédérale, dans laquelle des êtres humains se seraient couchés «en hommage aux victimes des écocides passés, présents et futurs». Finalement, le liquide symbolisant le sang aura été déversé vers le marché de Berne, là où la police a retenu la centaine de manifestants de la section suisse du mouvement international Extinction Rebellion (lancé le 31 octobre 2018 à Londres, présent aujourd’hui dans plus de 50 pays). Ce jour-là, le Conseil national devait examiner un postulat concernant l’instauration du Fonds vert pour le climat. L’occasion pour le mouvement écologiste de rappeler la gravité de la situation et de prouver sa détermination à poursuivre ses actions tant que ses demandes ne seront pas entendues par le gouvernement. Soit la diminution des émissions de gaz à effet de serre de tous les secteurs de l’économie jusqu’à zéro net d’ici à 2025, puis la mise en place de toutes les mesures nécessaires pour préserver la biodiversité, ainsi que l’information aux citoyens sur l’urgence d’agir. Pour mener ce processus, Extinction Rebellion demande également la création d’assemblées populaires pour une véritable démocratie participative.