La mobilisation pour le climat grandit

Le 18 janvier dernier plus de 22000 étudiants avaient déjà fait grève dénonçant l’incurie des dirigeants sur la question climatique.
©Neil Labrador

Le 18 janvier dernier plus de 22000 étudiants avaient déjà fait grève dénonçant l’incurie des dirigeants sur la question climatique.

Plus de 22000 étudiants dans plusieurs villes de Suisse ont fait grève et sont descendus dans la rue le vendredi 18 janvier. Samedi 2 février, ils invitent à de nouvelles mobilisations. A Bâle, Berne, Genève, Neuchâtel, Lausanne, Saint-Gall, Zurich, Fribourg, Bellinzone, Lucerne, Soleure et Bienne. Ils dénoncent: «Une augmentation de plus de 2 degrés de la température terrestre moyenne déjà annoncée, 30000 kilomètres carrés de forêt amazonienne détruits en une année, entre 10 et 12 milliards d'euros de déficits liés au désastre climatique chaque année en Europe, la disparition des principales espèces de poissons, de coraux et de tout l'écosystème qui en dépend prévu pour 2048, une extinction d'ores et déjà de plus de 60% des espèces entre 1970 et 2014, soit la 6eextinction de masse que vit notre planète... Alors que l'environnement qui nous entoure s'écroule, la Suisse préfère lâchement payer des quotas pour ne pas avoir à se soumettre à quelques règles simples de l'accord de Katowice. Rien ne sert d'étudier si notre avenir et celui de la planète sur laquelle nous vivons n'est pas assuré!» Auto-organisé, autonome et horizontal, le mouvement tient à rester apartisan. «Les banderoles, pancartes et autres drapeaux sont donc bienvenus pour l'occasion, à condition qu'ils soient apartisans (ni partis ni autres organisations) et adressés aux autorités.» 

Pour les lieux et les heures de départ des manifestations: klimademo.ch/fr