La souveraineté alimentaire et l’écologie sont des opportunités à saisir!

En ces temps difficiles pour notre planète, les deux votations qui nous sont proposées le 23 septembre prochain, relatives à notre alimentation, tombent à point nommé. Car elles touchent aussi à l’écologie.

Il est grand temps que l’on s’occupe de notre agriculture en Suisse.

Les agriculteurs ont grand besoin de notre soutien. Il n’est pas normal que nos paysans soient en difficulté. Car un pays sans agriculteurs est un jardin mal entretenu.

Une agriculture nationale a le grand avantage d’entretenir le circuit de distribution court, ce qui est tout bénéfice pour l’environnement, moins de transports longue distance très polluants.

Autres avantages de ces deux votations: favoriser une agriculture plus biologique pour les produits qui se retrouveront dans nos assiettes. Cela sera au bénéfice de notre santé, qui nous coûte déjà si cher!

Avec l’interdiction des OGM et le soutien à un désherbage moins nocif, sans pesticides, notre environnement va beaucoup y gagner, ce qui sera à l’avantage de tous. 

Avoir un environnement naturel assaini par des méthodes plus respectueuses de la nature est non seulement meilleur pour notre santé, mais aussi un devoir pour l’avenir de notre terre.

Que penseront les générations qui nous succéderont, si nous ne faisons rien pour le milieu dans lequel nous vivons. 

C’est pour cela qu’un choix positif dans les urnes le 23 septembre 2018 est non seulement utile, mais une nécessité absolue, parce que le marché n’a pas la réponse aux problèmes environnementaux. 

Thierry Cortat, membre du comité d’Unia Transjurane, Delémont