La transition est en marche

«Demain Genève»
© Guillaume Megevand / «Demain Genève»

Le documentaire «Demain Genève» présente des alternatives à la société néolibérale. Inspirant

Demain Genèveest le petit frère de Demain, magnifique documentaire des Français Cyril Dion et Mélanie Laurent sorti fin 2015. Si le tournage de ce dernier a nécessité paradoxalement un bon nombre d’heures d’avion entre dix pays, le deuxième se situe exclusivement à Genève et dans ses environs. Reste que Demain Genève, coréalisé par Elisabete Fernandes et Gregory Chollet, reprend les mêmes grands axes: agriculture, énergie, économie, démocratie, éducation. Et le même positionnement: l’espoir malgré la catastrophe écologique qui s’annonce. Mais tout n’est pas perdu, clame l’équipe de Demain Genève. Preuve en sont les exemples pionniers pour un autre monde qui existent dans la région. Entre autres, L’Affaire TourneRêve et les Jardins de Cocagne militent depuis longtemps pour une prise de conscience globale sur la manière de se nourrir, prônant une agriculture contractuelle et de proximité. En plein cœur de la cité, l’association Bees4you pose des ruches, et la Ferme de Budé produit fruits et légumes biologiques. 

Le thème de l’énergie met en exergue le travail de l’entreprise Yellowprint qui, depuis dix ans, gère des projets photovoltaïques sur les toits des Genevois dont chacun peut acquérir en copropriété des mètres carrés de panneaux. Dans le domaine de l’économie, notons le recyclage de bâches publicitaires par l’association Creature; la collecte de matériaux réutilisables par l’association Matériuum; ou encore Terrabloc qui revalorise les déblais pour en faire des blocs de construction en terre crue. Le Léman, la coopérative d’habitants Equilibre ou l’écoquartier des Vergers, tout comme l’association Happy City Lab repense l’urbanisme et le vivre ensemble. La notion d’holacratie où chacun décide en fonction de son expertise, entre autonomie et soutien, est notamment expérimentée dans la fondation Trajets. Partout, une formidable envie de créer, de recycler, de réduire la consommation d’énergie, de privilégier le local, l’artisanal, les liens sociaux. Beaucoup de sourires et de rires pour un film qui se veut résolument optimiste. Mais comme le relève la voix off de Demain Genève: «Est-ce que tout le monde est prêt à fonctionner différemment?» Cette question fait office de transition à la thématique de l’éducation où l’école en forêt La Bicyclette et le projet pédagogique La Ferme à roulettes notamment mettent en avant la coopération et le lien à la nature. Des alternatives magnifiques, mais qui restent malheureusement marginales. Rien de comparable donc avec le volet éducatif de Demainoù une école publique finlandaise a fait rêver bon nombre de parents… 

A voir dans la région

Si le film est projeté au cinéma Les Scala à Genève depuis avril, il sera aussi diffusé le 10 juin dans le parc Navazza-Oltramare à Lancy, et lors du festival «Ciné Signal» le 8 juillet à Bernex. Il tourne également à la demande des associations, ONG, entreprises, comme ce fut le cas le 28 avril dernier à Lausanne où une projection a été organisée par Pain pour le prochain et Impact Hub Lausanne, suivie d’une petite discussion. Michel Maxime Egger de Pain pour le prochain a fait l’éloge du film pour avoir abordé la notion d’intelligence collective et relevé l’importance de la transition intérieure: «Etre mieux outillé intérieurement pour être acteur de la transformation extérieure».

La coréalisatrice Elisabete Fernandes et la journaliste Gwendolyn Cano, deux des membres de l’équipe ayant réalisé le film, soulignent la passion et la motivation des acteurs rencontrés. Elles rappellent que Demain Genèveest aussi une association et que le projet d’une plateforme réunissant tous les acteurs de la transition écologique de la région est en chemin. 

Informations: www.demain-geneve.org