«Le monde n’est pas à vous!»

«Le monde n’est pas à vous!»
© Thierry Porchet

«Bolsonaro, Netanyahou, Conte, Duque, le monde n’est pas à vous!» Les slogans ont fusé samedi passé à Genève, Lausanne (photo), Neuchâtel et Berne pour protester contre la venue de ces chefs de gouvernement au Forum économique de Davos (WEF). Trump, qui a renoncé à y participer en raison de la paralysie de son administration face aux divergences sur le «mur», était aussi l’objet de la colère. Appelées par de nombreuses organisations de gauche et des syndicats, ces manifestations se sont déroulées juste avant le début du traditionnel rassemblement des multinationales et des puissants de ce monde dans la station grisonne. Outre la défense des droits des salariés, des femmes, des personnes LGBT, des migrants et l’exigence de mesures urgentes contre le réchauffement climatique, les quelques centaines de personnes présentes ont aussi exprimé leur solidarité avec les peuples du Brésil, de Palestine, d’Italie, de Colombie et des autres pays gouvernés par des forces réactionnaires.

Le WEF a débuté hier, mardi 22 janvier, et se terminera vendredi. Un autre rassemblement est prévu, à l’appel notamment de la Jeunesse socialiste suisse, ce jeudi 24 janvier à 15h à Davos. Une nouvelle occasion de dénoncer «la fine fleur de l’extrême droite internationale au pouvoir», comme le mentionne l’appel aux manifestations de samedi. Et la «complicité» du président de la Confédération, Ueli Maurer, qui s’apprêtait à accueillir Jair Bolsonaro, le nouveau président brésilien, ultra-libéral et nostalgique de la dictature militaire, qui vient d’assouplir les règles du port d’armes dans un pays déjà en proie à une violence extrême.