Le «Prix du fumier 2018» décerné à Orllati

Unia Genève distingue la société pour son recours massif aux temporaires et d’autres griefs

Le secteur du bâtiment d’Unia Genève a décerné la semaine dernière au groupe Orllati son «Prix du fumier 2018», qui gratifie «l’entreprise la plus crasse du canton». La société a été désignée «à l’unanimité» et ce trophée distingue «ses mauvaises pratiques», précise José Sebastiao, coresponsable du gros œuvre à Unia Genève.

Le syndicat reproche à Orllati de recourir massivement à de la main-d’œuvre temporaire sur ses chantiers genevois. Unia dit être intervenu auprès des maîtres d’ouvrage après avoir constaté des taux de travailleurs intérimaires très élevés. Le mois dernier, le syndicat dénonçait d’ailleurs un ratio de plus de 50% sur le chantier de désamiantage du Bureau international du travail (BIT).

Autre grief, le non-respect des champs conventionnels. Selon le syndicat, Orllati aurait encore cherché à économiser davantage sur le dos du personnel en appliquant des conventions collectives de travail moins favorables aux salariés, par exemple celle du nettoyage à la place de celle du second œuvre ou en rétribuant des travailleurs expérimentés au tarif des ouvriers sans qualification.

Menaces de mort

Le syndicat révèle aussi qu’un contremaître armé d’un fusil a menacé de mort quatre syndicalistes d’Unia Genève lors d’une action de blocage de chantiers il y a quelques mois. Déjà poursuivi en 2014 pour délit contre la Loi fédérale sur les armes, l’homme a été condamné à 40 jours-amende. Toujours employé par Orllati, ni lui ni son entreprise n’ont jugé opportun de présenter leurs excuses pour cet acte.

Enfin, la société s’est fait tirer les oreilles par le Service de l'air, du bruit et des rayonnements non ionisants (Sabra). Lors de ses visites au BIT, le syndicat avait remarqué que des déchets de chantier étaient exposés aux quatre vents. Le Sabra a constaté qu’ils contenaient de l’amiante aggloméré et demandé qu’ils soient confinés dans des sacs fermés. «A peine quelques jours plus tard, on nous a informés qu’Orllati avait envoyé à la ferraille une grosse benne de tuyaux dont certains étaient enrobés d’une colle grise suspecte. Nous ne savons pas s’il s’agit d’amiante et avons sollicité l’Etat pour qu’il mène une investigation», indique José Sebastiao. 

Conclusion du secrétaire syndical: «Il faut qu’Orllati change ses pratiques de management basé sur la précarité.»