A quand Papyrus dans le canton de Vaud?

La récolte de signatures sur la pétition pour que les sans-papiers vaudois bénéficient de la même opération qu’à Genève continue

Alors que des extraits du reportage «Opération Papyrus, pour en finir avec le travail au noir», réalisé par Béatrice Guelpa et Juan Lozano pour Temps Présent, tournent en boucle dans l’exposition «Nous, saisonniers, saisonnières… Genève 1931-2019», dans le canton de Vaud une pétition est toujours en cours pour qu’un tel projet puisse y voir aussi le jour. Elle a été lancée cet été par la Plateforme papyrus Vaud regroupant des organisations de soutien aux migrants, des Eglises, des syndicats (dont Unia) et des partis de gauche. Entre 9000 et 15000 personnes sans statut légal vivent dans le canton de Vaud dont la grande majorité travaille et vit ici depuis de nombreuses années, et dont les enfants sont scolarisés.

La Plateforme papyrus Vaud rappelle que ces travailleuses et ces travailleurs font preuve d’une très bonne intégration professionnelle notamment dans l’économie domestique, l’hôtellerie-restauration, l’agriculture et la construction et ainsi contribuent au bon fonctionnement de l’économie suisse. Or, si ces personnes cotisent aux assurances sociales, elles ne bénéficient d’aucune protection. Et, en 2018, seules 59 régularisations ont été obtenues dans le canton. Pour la Plateforme, il est grand temps de reconnaître l’apport essentiel de ces travailleuses et de ces travailleurs, et de répondre «à une exigence de justice, ainsi qu’à un devoir de protection des personnes en situation irrégulière particulièrement exposées à toutes formes d’abus».

Pour signer la pétition: papyrus-vaud.ch