Révision de la Loi sur les armes, plus qu’une nécessité

Prochainement, les citoyens suisses seront appelés à prendre une décision de très grande importance, au sujet de la modernisation de la Loi sur les armes. En effet, les événements de ces dernières années nous prouvent que l’on doit impérativement adapter notre législation sur les armes.

Après de nombreux attentats, à Paris, Bruxelles et Copenhague, il est raisonnable de penser que la Suisse ne serait pas épargnée par les mauvaises actions de groupes terroristes. Aujourd’hui, à l’heure de la mondialisation, de telles actions peuvent êtres perpétrées partout dans le monde. D’ailleurs, il est primordial de faire cesser le trafic d’armes au noir. Les tueries qui ont lieu dans certains pays libéraux sont loin d’être l’exemple d’une bonne gestion dans ce domaine. Les violences domestiques par armes à feu ont fait trop de victimes ces dernières années, il faut que cela cesse!

Mais une raison plus importante encore au sujet d’un choix positif est la collaboration des polices des différents pays qui font partie de l’espace Schengen. Cela a permis, en 2017, l’arrestation de 600 personnes et l’interdiction à 7000 autres d’accéder au territoire national. Un refus de la révision de la loi remettrait en cause cette collaboration, qui contribue à une meilleure sécurité à l’intérieur de notre pays; cela en entravant le développement du crime organisé, qu’il faut combattre avec la plus grande énergie. De plus, le refus de cet objet pourrait contribuer au renforcement des postes frontières, chose qui serait dommageable à l’essor du tourisme. C’est pour cela qu’il faut dire Oui le 19 mai 2019.

Thierry Cortat, membre du comité régional d'Unia Transjurane, Delémont