Sage-femme, donneuse de vie

Ecouter le cœur battre la chamade.
© Neil Labrador

Ecouter le cœur battre la chamade.

Cette profession, vieille comme le monde, retrouve ses lettres de noblesse à travers l’intérêt croissant pour l’accouchement naturel, notamment dans les maisons de naissance

«C’est le plus beau métier du monde. Même si je n’ai pas l’impression de travailler.» Ainsi parle la passionnée Alexandra Dousset de ce qui est devenu sa vocation. «Jeune, j’ai assisté à un accouchement. J’avais trouvé trop violent, trop dur», se souvient-elle. Reste que, ses études de médecine en France et, plus largement, la vie,  finiront par l’amener à suivre ce cursus.

Plus de vingt ans plus tard, Alexandra Dousset est sur le point d’ouvrir la première maison de naissance de Lausanne, à quelques pas du Chuv. Son nom: Eden. Un paradis qui attend les dernières autorisations pour accueillir ses premiers accouchements. 

Pour l’heure, l’étage supérieur de la petite maison familiale, mise à disposition par une ancienne patiente, Ronda, devenue amie d’Alexandra Dousset, fait office de lieu de consultations et de préparation à l’accouchement. Elles sont cinq sages-femmes à se partager cet espace, travaillant en réseau et membres de l’association Esprit Sage-femme.

Les battements de cœur

En cet après-midi estival, une jeune femme, ventre arrondi, vient voir celle qui a mis au monde son premier enfant. Un nouveau bilan de santé est établi, avant de tenter d’écouter le cœur du bébé. «Il bouge dans tous les sens», sourit la sage-femme. Et, tout à coup, cet écho bouleversant comme s’élevant du fond des océans. 

«J’ai choisi d’être suivie par une sage-femme, car j’avais besoin d’être rassurée, de la connaître et qu’elle me connaisse. A l’hôpital, tu ne sais jamais sur qui tu tombes, et c’est tellement stérile et froid. En même temps, je n’avais pas envie d’accoucher à la maison, notre petit appartement à l’époque était très peu isolé et je n’avais qu’une minuscule baignoire, d’où mon choix de la maison de naissance», relève Anaïs Gumy qui a donné naissance à un petit garçon il y a deux ans et demi. «C’était un bel accouchement, même si je n’aurais jamais pu imaginer les douleurs, ni d’ailleurs les ressources que j’avais en moi.»

Un suivi global

«La plupart du temps, nous n’avons pas grand-chose à faire, sourit Alexandra Dousset qui fait confiance aux capacités de la mère et de l’enfant. C’est ce suivi global, des premiers mois de grossesse à la naissance jusqu’aux soins post-partum, qui est passionnant et offre un contexte optimum pour que tout se passe bien.» Elle propose ainsi des préparations à l’accouchement, de la sophrologie, prescrit des séances d’acupuncture, utilise la phytothérapie «pour que le corps soit prêt».

«Cette confiance mutuelle est impossible à l’hôpital», explique Alexandra Dousset. «Les horaires des équipes sont difficilement compatibles avec une naissance. Il faut aimer l’improvisation. Pour ma part, durant les trois semaines avant le terme, et une dizaine de jours après, je dois être atteignable 24 heures sur 24. L’année passée, je n’ai pas pu fêter Noël en famille, ni Nouvel An», souligne cette mère de trois enfants nés à l’hôpital, une évidence à l’époque pour celle qui a travaillé pendant quatorze ans en milieu hospitalier en France.

«J’ai beaucoup aimé ces années où je faisais jusqu’à trois accouchements par jour. Mais, depuis que je suis sage-femme indépendante, je savoure la relation. Ce n’est pas le même métier. Jusqu’à présent, entre les maisons de naissance Lunaissance et la Grange rouge dans le canton de Vaud, ainsi qu’aux domiciles, je vis une vingtaine d’accouchements par année. Et c’est à chaque fois fabuleux, à chaque fois, unique», confie Alexandra Dousset. «La femme baigne dans ses ocytocines, et les partage avec tous ceux qui sont autour. C’est une source de vitalité, qui donne un sens à ma présence sur terre. Mais je ne me considère pas du tout comme une sauveuse. Je ne prends aucun risque: les femmes qui accouchent hors hôpital doivent avoir eu une grossesse sans problème et ne pas attendre de jumeaux. L’enfant doit être tête en bas, sans pathologie ni malformation, et pas prématuré. De surcroît, le travail n’est jamais provoqué. Et j’ai besoin que le père soit d’accord, car il va devoir s’investir.»

Anticiper

Un métier entre la vie et la mort? «Je ne ressens pas de peur, car j’anticipe. Si je sens un doute, cela signifie que l’enfant doit naître ailleurs. Il vaut toujours mieux transférer à l’hôpital en avance.» De surcroît, un établissement hospitalier ou un gynécologue doit se trouver à 20 minutes de route au maximum de la maison de naissance. «J’ai travaillé dans de petites structures hospitalières en France où le gynécologue était à cette distance. La situation était donc semblable. J’étais déjà dans l’anticipation de l’événement. Or, en France, il est quasiment impossible d’être sage-femme accoucheuse à domicile. On peut parler de chasse aux sorcières.» Comme un écho au Moyen Age où nombre d’entre elles ont été persécutées par les Eglises, tant elles avaient déjà ce savoir des plantes, de la nature humaine et de la vie. Elles seront par la suite bien souvent dénigrées par le corps médical. Depuis une quinzaine d’années, l’intérêt croissant autour de l’accouchement naturel offre enfin à ces femmes, empreintes de sagesse, la reconnaissance qu’elles méritent.

Les maisons de naissance ont le vent en poupe

Les statistiques de l’Association suisse des maisons de naissance montrent une augmentation croissante du nombre de naissances dans ses 23 lieux (dont 10 en Romandie). En 2016, sur 2137 accouchements commencés en maison de naissance (soit environ 2,6% du total des naissances), environ 17% des parturientes ont été transférées à l’hôpital, majoritairement dû au ralentissement du travail, à leur souhait de recevoir une péridurale ou à des contractions insuffisantes. 

De nombreuses maisons de naissance ont vu le jour ces dernières années. L’offre reste toutefois bien en-deçà de la demande, car le nombre de sages-femmes indépendantes accoucheuses est encore insuffisant (beaucoup proposent le suivi avant et après, mais pas pendant l’accouchement).

Preuve supplémentaire d’un changement de mœurs, le Chuv prévoit, depuis quelques années, l’ouverture d’une «maison de naissance hospitalière», «permettant de prendre en charge les femmes souhaitant vivre un accouchement démédicalisé et respectueux de la physiologie de la naissance». Le 15 juin dernier, il annonçait son ouverture, au sein de la Maternité, d’ici à fin 2019. «Nous y recevrons les couples dans un cadre accueillant et adapté, encadrés par une équipe de sages-femmes. Les femmes seront admises dans cette structure en fonction de critères précis (pas de naissances multiples, ni de complications maternelles, d’antécédent de césarienne ou encore de prématurité) afin d’assurer leur sécurité et celle du bébé.»

Pour l’heure, seul l’hôpital d’Aigle a une maison de naissance intra-muros. Dans ce cas précis, ses sages-femmes sont indépendantes.

«C’est une offre complémentaire», se réjouit Alexandra Dousset qui relève, d’expérience, le bon accueil du milieu hospitalier en cas de transfert.

Parallèlement à ce retour à un accouchement physiologique permettant à la femme de bouger à sa guise (et donc de ne pas accoucher sur le dos), le nombre de césariennes explose en Suisse. «La Suisse est montrée du doigt par l’OMS, car on y dénombre plus de 30% de césariennes – 50% même dans certaines cliniques – contre 17% environ dans les pays occidentaux. On planifie pour éviter les surprises. Or, ces césariennes programmées ne sont pas sans danger, que ce soit pour la femme ou le bébé. Il y a toujours le risque chirurgical, et des problèmes d’allergies sont plus fréquents chez les enfants nés par césarienne», dénonce Alexandra Dousset qui se demande si les parents sont informés de ces risques. 

Deux écoles pour un métier

En Suisse romande, devenir sage-femme présuppose quatre années d’études à Genève; ou deux à Lausanne, après un diplôme d’infirmière de trois ans. Devenir sage-femme indépendante accoucheuse demande encore deux ans de pratique professionnelle. A noter que c’est l’unique métier qui inclut les praticiens masculins dans la terminologie féminine. Depuis plusieurs années, de rares hommes sont donc sages-femmes. 

Photos Neil Labrador

Ecouter le cœur battre la chamade. La relation, au cœur du métier de sage-femme indépendante. Alexandra Dousset, passionnée. La maison de naissance Eden ouvrira bientôt ses portes à Lausanne, à deux pas du Chuv. Une atmosphère chaleureuse dans une petite maison charmante. L’anatomie humaine, cette merveille. La prise de poids, une question d’équilibre.