Syndicalistes condamnés, recours annoncé

Le Tribunal d’arrondissement du Nord vaudois a rendu son verdict dans la procédure pénale lancée à l’encontre de N. et L.T.. Ces deux secrétaires syndicaux d’Unia sont poursuivis par Patricia De Giorgi, épouse du directeur d’Alpen Peak International. En 2016, dans le cadre de la grève de travailleurs polonais payés 8 à 9 euros de l’heure par cette société, les syndicalistes auraient menacé, injurié et lancé des tracts à la figure de la plaignante. Ce qu’ils ont contesté catégoriquement il y a deux semaines devant le Tribunal d’Yverdon (notre dernière édition). Dans son jugement, le tribunal les libère de prévention de voies de fait et de menace, il retient, par contre, l’injure et les condamne à 30 jours-amende avec sursis. Chacun d’eux devra en sus s’acquitter des frais de justice et d’une indemnité de 4922,95 francs à l’égard de Mme De Giorgi. «J’ai déposé une annonce d’appel», indique Me Charlotte Iselin. L’avocate des deux secrétaires syndicaux ne peut commenter le jugement faute d’avoir reçu ses motivations, «mais il semble important de recourir». «Avec cette lourde condamnation, ce jugement est scandaleux. Il est inadmissible que la justice entre en matière dans cette affaire qui n’est que la vengeance d’une famille n’ayant pas supporté de devoir payer ses travailleurs, estime Laurent Tettamanti. Nous nous battrons jusqu’au bout pour défendre notre honneur.»