Un bon guide sur le droit du travail en Suisse

La Loi sur le travail s’applique-t-elle à tout le monde? Y a-t-il des questions qu’un recruteur n’a pas le droit de poser à un candidat? Est-ce vraiment utile de noter ses heures? L’employeur a-t-il le droit de surveiller ses employés? Peut-il interdire une relation amoureuse entre collègues de travail? Ou empêcher un ancien employé de travailler pour un concurrent à l’avenir? Peut-on démissionner par oral? Au travers de 90 questions-réponses, le livre Le droit du travail en Suisse offre un éclairage sur des situations que l’on rencontre tout le long de sa vie de salarié. On y apprend, par exemple et pour répondre aux interrogations précédentes, qu’en Suisse, contrairement à la France, il n’y a pas de Code du travail, mais des lois nombreuses et diverses et que la Loi sur le travail ne s’applique pas à toutes les entreprises; qu’un recruteur n’a pas le droit de poser des questions qui touchent à la sphère privée du candidat et que, le cas échéant, celui-ci a le droit de mentir; qu’il est fortement recommandé pour l’employé de noter ses heures, et que c’est obligatoire pour l’employeur; qu’un patron a le droit de surveiller ses employés, mais à certaines conditions; qu’il ne peut interdire une relation amoureuse et qu’un candidat peut mentir à ce sujet lors d’un entretien d’embauche; mais l’employeur peut, en revanche, empêcher un ancien employé de travailler pour un concurrent; il est aussi possible de démissionner ou de se faire licencier par oral.

Docteur en droit, ancien conseiller national et membre de la Commission fédérale du travail, actif au sein du mouvement syndical, l’auteur, le Vaudois Jean-Christophe Schwaab, propose là un guide fort utile, accessible à tous et agréable à consulter.

Jean-Christophe Schwaab, Le droit du travail en Suisse. 90 questions-réponses issues de la pratique, Editions LEP 2018, 248 pp., illustrations de Wazem, 32 fr.