Unia doit prendre ses responsabilités et s’engager contre la contre-réforme RFFA

Le comité central d’Unia ainsi que ses militants sont opposés à la contre-réforme RFFA, comprenant PF17, projet identique à la RIE III qui fut balayée dans les urnes par 60% des électeurs. Notre syndicat doit dorénavant mobiliser ses permanents et ses militants dans le référendum, et surtout appeler à une mobilisation nationale dans la rue des travailleurs. Le projet RFFA est une contre-réforme, sous couvert de la fin des privilèges fiscaux des multinationales, demandée par la bourgeoisie patronale pour diminuer l’imposition des entreprises. Cette baisse significative des recettes fiscales entraînera la destruction des services publics et l’augmentation de l’imposition des personnes physiques. A titre d’exemple, en terre vaudoise, à la suite de l’acceptation de la RIE III, les communes de Rolle, Morges et Nyon ont déjà prévu d’augmenter l’imposition des personnes physiques pour combler la perte fiscale due à la contre-réforme et d’autres communes, dont Lausanne, ne savent pas comment compenser le manque de rentrée d’argent dans les caisses finalement plus important qu’annoncé… 

Comment assurer les services publics avec une baisse minimale prévue de 2,1 milliards de francs? 

Il n’y a pas besoin d’avoir fait des études d’économie pour comprendre qu’il y aura des coupes dans les prestations publiques… 

Camarades, ne nous faisons pas avoir avec le chantage des 2,1 milliards de compensation des pertes fiscales promis à l’AVS. Cet argent ne tombera pas du ciel, il sera, encore une fois, payé par les travailleurs de ce pays. Par ailleurs, le meilleur et le seul moyen de pérenniser l’AVS est d’augmenter les salaires!

Camarades, tous ensemble, combattons et engageons-nous dans la lutte contre cette nouvelle attaque de la classe dominante. Ce projet contre les travailleurs et voulu par le patronat doit être rejeté! 

Mickaël Béday, militant syndicaliste Unia, Vallée de Joux