Unia recourt contre l’extension des horaires avant la Fête des Vignerons

Dépôt des signatures au secrétariat municipal de Vevey.
© Neil Labrador

Les 550 signatures contre l’extension des horaires avant le début de la Fête des Vignerons ont été déposées le 22 mai dernier au secrétariat municipal de Vevey.

La décision de la Municipalité de Vevey de permettre l’ouverture des magasins jusqu’à 20h du 1er juin à la mi-août enfreint le règlement communal selon le syndicat. La justice tranchera

Vevey verra-t-il ses magasins ouverts jusqu’à 20h ce samedi 1er juin? Le personnel de vente qui a mandaté Unia espère bien que non. Et il n’est pas le seul. Le passage en force de la Municipalité afin de permettre la prolongation des horaires d’ouverture du lundi au samedi jusqu’à 20h, du 1er juin à la mi-août – en vertu de la Fête des Vignerons qui ouvre les feux le 18 juillet seulement – fait un tollé. Preuve en est le recours déposé auprès de la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal par Unia, et la pétition munie de 550 signatures réunies en une seule semaine remise à la Municipalité mercredi dernier. Pour les recourants, l’exécutif veveysan enfreint le règlement communal sur les horaires d’ouverture des magasins en octroyant une extension avant la période des représentations publiques. Une décision qui risque d’obliger les employés à travailler davantage et dans des horaires peu compatibles avec une vie de famille. «Les enseignes du Centre commercial Saint-Antoine seront obligées d’ouvrir. Car dans le cadre de leurs baux, ils s’engagent à suivre les horaires du centre. C’est donc faux de croire que tous les commerces ont la liberté d’ouvrir ou non. Et comment peuvent-ils s’organiser en aussi peu de temps sans contraindre leur personnel?» questionne Nicolas Mattenberger, avocat mandaté par Unia.

Rupture du dialogue

Pour mémoire, à la suite de la décision municipale unilatérale du 11 avril sur la prolongation des horaires, une réunion avait eu lieu le 15 avril avec le syndicat. «La Municipalité a pris note de nos revendications, mais n’a jamais repris contact avec nous. Un mois plus tard, elle confirmait sa décision, d’où notre recours», explique Maurizio Colella, secrétaire syndical d’Unia.

Le syndicat rappelle dans un communiqué qu’une «extension des horaires sollicitée par les commerçants doit être accompagnée de compensations et de contrôles». «Il s’agit de ne pas dégrader les conditions de travail du personnel de la vente qui sera déjà grandement sollicité pour des horaires prolongés durant la Fête des Vignerons. Ce sont en effet les vacances d’été du personnel qui sont en jeu.» Selon Unia, de tels allongements ne profiteront même pas aux commerces veveysans: «Contrairement à ce que certains patrons prétendent, les horaires étendus n’amènent pas davantage de clientèle mais renforcent l’avantage concurrentiel des grandes enseignes par rapport aux petites.» S’ajoutent des nuisances supplémentaires pour les riverains.

«La commune doit se déterminer d’ici au 27 mai, sur une éventuelle demande de lever l’effet suspensif qui est automatique», indiquait Nicolas Mattenberger à la fin de la semaine dernière. Il souligne que, lors de la Fête des Vignerons de 1999, les horaires des commerces n’avaient été prolongés que pendant la période de l’événement. «Je ne vois pas pourquoi il y aurait lieu de s’écarter de ces pratiques.» Et de questionner: «Quel est l’intérêt public majeur d’ouvrir aussi tôt?» Soit un mois et demi avant le début des festivités…