Migros perd un procès de plus
Unia recommande donc au distributeur de revoir sa stratégie antisyndicale

Six fois déjà ces dernières années, Migros a intenté sans succès une action en justice contre Unia. En renonçant à recourir contre un non-lieu prononcé pour des activistes d'Unia Bâle, Migros encaisse une défaite supplémentaire.
En 2001, Migros avait porté plainte pour violation de la propriété privée contre plusieurs syndicalistes qui avaient distribué des tracts aux employés devant le centre de distribution de Münchenstein. En première instance, un syndicaliste avait écopé de la plus petite amende prévue alors que les autres n'avaient pas été punis. Après un recours d'Unia, l'amende avait été annulée en deuxième instance. Migros a annoncé la semaine dernière accepter ce jugement et renoncer à recourir.
Les plaintes déposées par Migros au Tessin à l'encontre d'Unia ont également été balayées, en première comme en deuxième instance.

Unia continuera d'informer
Unia recommande à Migros d'abandonner sa stratégie de criminalisation des syndicalistes. Le syndicat rejette les accusations que Migros a publiées dans un communiqué de presse, prétendant qu'Unia veut, «par une propagande agressive, alimenter le sentiment d'hostilité envers Migros». Unia a le droit d'informer les travailleurs et va continuer à le faire.
Unia est intéressé à la mise en place d'un partenariat social avec Migros et était prêt à maintenir, sans restriction, la convention collective en vigueur. C'est Migros qui, en voulant rajouter un article pour museler le syndicat, a changé la donne et a conduit le syndicat à refuser cette modification.

Unia/L'ES

 

Edition n° 12 du 21 mars 2007

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page