1er Mai sur les chapeaux de roue!
A Genève, Unia a revendiqué haut et fort le 13e salaire dans l'hôtellerie

«Toujours pas de 13e salaire pour tous dans les restaurants! Les temporaires qui travaillent l'été sur les terrasses ne touchent jamais de 13e salaire! Halte à la précarité!» Les mégaphones portés par une voiture Unia ont retenti toute la matinée du 1er mai dans les rues de Genève. De café en café, de restaurant en restaurant, en passant par les grandes artères et les rues basses, des syndicalistes ont sillonné la ville, prenant d'assaut les terrasses, distribuant aux clients les cartes de l'enquête d'Unia que les invite à demander au patron de l'établissement s'il paie ou non le 13e salaire à ses employés. Le personnel n'a pas été oublié et a reçu des agendas pour noter ses heures de travail.
Cette action coup de poing, le jour de la fête des travailleurs, a rencontré un très bon accueil selon son initiateur, Eugenio Lopez. «Les clients nous posaient parfois des questions, le personnel nous accueillait avec un grand sourire, selon que le patron était là ou non... et lorsqu'on roulait, mégaphones à fond, les gens saluaient notre action», note-il. «Nous voulions sensibiliser les gens, mais aussi les employeurs à cette revendication. C'est un secteur qui réalise son chiffre d'affaires avec l'argent des salariés des autres branches qui bénéficient du 13e salaire. Mais leur propre personnel n'y a pas droit. Comment vivre avec 3300 francs par mois, surtout à Genève!» ajoute Eugenio Lopez qui estime que cette action, une première dans notre pays mais fréquente dans les pays du sud, a été très positive. Et il compte bien renouveler l'expérience!

SH

Des cartes pour l'enquête d'Unia en faveur du 13e salaire pour tous dans l'hôtellerie-restauration sont disponibles dans les secrétariats Unia ou peuvent être commandées à: tertiaire@unia.ch

 

Edition n° 19 du 9 mai 2007

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page