Un contrat, aussi pour les ouvriers agricoles
La Plateforme pour une agriculture socialement durable milite en faveur de meilleures conditions de travail des ouvriers

En marge des discussions sur la Politique agricole 2011, la Plateforme pour une agriculture socialement durable a réitéré ses revendications en faveur d'une meilleure protection des ouvriers. Luttant contre la disparition d'exploitations, elle réclame en outre l'introduction d'un contrat type de travail contraignant. Une mesure propre à mettre un terme aux disparités cantonales, notamment en ce qui concerne les horaires. Un combat dans lequel Unia est aussi partie prenante.

salaires mensuels oscillant entre 1500 et 5000 francs; des horaires hebdomadaires compris entre 48 et 66 heures: sans arrêter de chiffres, la Plateforme pour une agriculture socialement durable demande l'introduction d'un règlement uniforme «acceptable». «Aujourd'hui, chaque canton applique sa propre solution. Si des barèmes ont été fixés, il ne s'agit que de recommandations. Il n'existe pas de salaires minimaux», déplore Philippe Sauvin, secrétaire du mouvement. Dans ce contexte, la Plateforme milite pour une Convention collective de travail nationale ou - plus réaliste - la mise en œuvre d'un contrat type contraignant.

Guère social...
Cette question a largement été discutée lors de l'assemblée générale de la Plateforme, tenue le 11 janvier dernier à Berne. Une occasion également pour le groupe de débattre du projet de loi de la Politique agricole 2011 (PA 2011) sur lequel se penche actuellement le Conseil des Etats. Un dossier qui irrite le mouvement à plus d'un titre. Outre l'impasse faite sur la problématique des harmonisations des conditions de travail, la Plateforme juge en outre incompréhensible le fait que le projet n'évoque pas la Loi sur le travail. Son caractère guère social est aussi dénoncé. «PA 2011 n'aura d'autres effets que d'entraîner la disparition forcée, dans les 15 ans à venir, de la moitié des exploitations, en réduisant leur nombre à quelque 32 000 au lieu des 64 000 actuelles. Nous nous opposons à une mercantilisation à outrance de l'agriculture.» Philippe Sauvin déplore également l'absence de prise en compte du personnel agricole dans PA 2011. «Nous refusons que cette restructuration se fasse au détriment des plus petits et des plus faibles, qu'ils ne dépendent que de la seule loi du marché.»

Diversité de relais
Pour porter ses revendications, la Plateforme mise sur le poids et la diversité des différents membres qui la composent: organisations de producteurs agricoles, syndicats, associations de consommateurs, organisations de défense des migrants et de l'environnement, partis politiques et personnes individuelles. «Nombre d'acteurs de la filière agricole sont représentés dans la Plateforme. En faisant front commun, nous augmentons le nombre et la variété des canaux d'information et de sensibilisation du public.» Le groupe compte aussi sur l'élection de sa nouvelle coprésidente, Anne-Catherine Menétrey-Savary pour agir comme relais au niveau parlementaire. La Conseillère nationale a été élue aux côtés de Noé Graff, vigneron encaveur de Begnins. Ils succèdent à Willy Streckeisen. Les débats relatifs à PA 2011 devraient se terminer ce printemps. Les exigences de la Plateforme ont-elles une chance d'être prises en compte? La question reste ouverte. Dans le cas contraire, un référendum pourrait être lancé. «C'est une hypothèse mais il faut voir si une telle initiative ne dépasserait pas nos forces. Quoi qu'il en soit, nous poursuivrons notre combat. Les petites rivières finissent toujours par faire de grands fleuves.»

SM




Baisse de salaire pour les employés agricoles vaudois en 2007?

Si les patrons ne jouent pas le jeu, les employés agricoles du canton de Vaud, nourris et logés par leur employeur, gagneront 81 francs par mois de moins qu'en 2006!
Ainsi, selon l'autre syndicat, si le Service de l'emploi vaudois a augmenté le salaire 2007 pour le personnel agricole de 9 francs pour arriver à 3'104 francs (+0,3%), dans le même temps les déductions (normes AVS) pour la nourriture et le logement ont augmenté de 90 francs. Ainsi, des centaines de saisonniers et employés agricoles risquent de voir leur salaire diminuer de 81 francs par mois en 2007.
Toujours selon l'autre syndicat, le Service de l'emploi a manqué le coche en juin 2006 lorsque l'administration fédérale des contributions a communiqué cette décision de relever les déductions. Le 22 septembre, lorsque le Conseil fédéral a signé l'arrêté, le Service de l'emploi du canton de Vaud n'avait plus assez de temps pour modifier le contrat-type en conséquence.
L'autre syndicat espère donc que les employeurs retiendront la recommandation de l'Etat de majorer de 90 francs le salaire en 2007 et espère également que le Service de l'emploi tiendra sa promesse d'améliorer significativement le contrat-type agricole vaudois en 2008!                       

L'ES


 

Edition n° 4 du 24 janvier 2007

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page