Alcan, puis Novelis, puis Hindalco...
Les investissements prévus à Sierre ne devraient pas être remis en cause

L'annonce du rachat de Novelis par Hindalco a suscité quelques inquiétudes, mais la construction à Sierre d'une nouvelle halle de coulée de haute technologie ne semble pas remise en cause. A la clé, 30 emplois hautement qualifiés pour le Valais central. Unia reste toutefois vigilant.


Grandes manœuvres dans l'aluminium mondial. La semaine dernière, le groupe indien Hindalco, premier producteur d'aluminium dans son pays, annonçait le rachat du groupe américain Novelis, créé par Alcan début 2005 pour répondre à la demande de la commission européenne qui n'acceptait pas sa situation de monopole sur le marché. Novelis, plus grande société de produits laminés du monde, qui fabrique notamment des tôles en aluminium pour les voitures et des canettes de boisson, possède 15 sites de production en Europe, dont celui de Sierre qui emploie 320 personnes.

Sierre à la pointe de la technologie
Et le site de Sierre devrait devenir, début 2008, le siège d'une nouvelle unité de production. Novelis a en effet annoncé en septembre de l'année dernière l'investissement de 40 millions de francs pour la construction d'une nouvelle halle de coulée basée sur une technologie novatrice qui permet de couler simultanément plusieurs couches d'alliages pour former les barres d'aluminium. Pour l'heure, cette toute nouvelle technologie n'est utilisée que dans une usine Novelis aux Etats-Unis. Alors même que les premiers coups de pioche sont sur le point d'être donnés, juste entre les usines Alcan de Sierre et de Chippis, la nouvelle de ce rachat du groupe par Hindalco a suscité des inquiétudes en Valais sur l'avenir de ce projet.
«D'après les informations données par la direction de Novelis, rien ne devrait être remis en cause par ce rachat, y compris la création de la trentaine d'emplois créés par cette nouvelle unité de production», affirme Charles-Henri Rudaz, secrétaire syndical Unia à Sierre. Et la société poursuit sa campagne d'engagement, par de pleines pages de recherche de personnel qualifié paraissant dans la presse, personnel qui sera envoyé aux USA pour se former à cette nouvelle technologie.

Confiants, mais des craintes subsistent...
«Au niveau du syndicat, nous sommes assez confiants, note encore Charles-Henri Rudaz. Le groupe Hindalco semble moins axé sur la rentabilité à court terme pour ses actionnaires et plus sur l'activité industrielle. Par contre, nous avons toujours des craintes du fait que Novelis travaille encore dans les locaux d'Alcan et que les contrats se terminent en 2008. Nous ne savons pas ce qu'il va advenir à ce moment-là.» Novelis, créé par une vente des actions Alcan à ses propres actionnaires, poursuit en effet l'activité de laminage qui se faisait auparavant par Alcan à Sierre, ce qui à l'époque avait mobilisé les travailleurs craignant que ce saucissonnage n'ait de répercussions sur les emplois.
Malgré son inquiétude, le syndicaliste rappelle que Alcan va sans doute devoir poursuivre sa collaboration avec le groupe Hindalco, qui devient la 3e société de production mondiale de l'aluminium. Ce d'autant plus qu'Alcan travaille déjà avec le groupe Hindalco dans le cadre d'une société visant au développement d'une mine de bauxite et d'une usine d'alumine dans l'Etat indien d'Orissa.
Outre l'ouverture prévue début 2008 de la nouvelle unité de Novelis, Sierre doit accueillir au même moment tout le secteur recherche et développement de Novelis, qui sera transféré de Schaffhouse.

Sylviane Herranz

 

Edition n° 8 du 21 février 2007

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page