Gagnantes sur toute la ligne
Soutenues par Unia, les vendeuses de Mode Discount Plus à Genève sortent victorieuses de la bataille les opposant à la direction

Une fois de plus, le courage, la détermination et l'union d'employées auront été payants. Une fois de plus, l'intervention d'Unia aura contribué à l'obtention de résultats concrets. Voilà les conclusions susceptibles d'être tirées au lendemain de la résolution du conflit opposant les six vendeuses de Mode Discount Plus à Genève à la direction de l'enseigne, aux mains de Regula Shops. Ces dernières, soutenues par le syndicat, se sont battues pour que leurs salaires - inférieurs de plus de 10% aux minima conventionnels prévus dans la branche - soient remis à niveau. Elles se sont aussi mobilisées pour bénéficier de l'assurance perte de gain en cas de maladie. Les négociations n'ayant pas abouti, elles n'ont pas hésité, pour se faire entendre, à mener le 7 février dernier une première action de protestation dans le magasin, suivie le 13 de ce même mois, d'une journée de grève. Avec succès.

Sourire retrouvé
«Les responsables de Mode Discount Plus se sont engagés à satisfaire toutes les demandes du personnel», relève Jamshid Pouranpir, secrétaire syndical, précisant toutefois qu'il ne s'agissait pas de revendications extraordinaires mais seulement d'un respect de la CCT, obligatoire. «La discussion a aussi été favorisée par l'avocat mandaté par Regula Shops pour régler les différends, un Genevois au fait des réalités du canton.» Mise à niveau des salaires avec effets rétroactifs - à savoir depuis 2002 - conclusion de l'assurance faisant défaut et permettant aux salariées de ne pas se retrouver sans revenu en cas d'arrêt de travail prolongé, journée de grève payée: autant d'engagements pris par la direction qui ont redonné le sourire aux employées. Même la première vendeuse, en compensation à ses responsabilités, sera augmentée.

Valeur de modèle...
«Cette victoire est directement liée à l'engagement et à la mobilisation de ces femmes courageuses qui n'ont pas hésité à faire bloc, à se défendre, à témoigner à visage découvert de leur situation. Aujourd'hui, elles sont récompensées.» Unia ne cache pas non plus sa satisfaction face à cet heureux dénouement. «C'est bien de faire du bruit, mais cela ne suffit pas. On ne se contente pas de médiatiser les problèmes. On attend des résultats. Cet exemple est celui d'une lutte réussie, avec des améliorations tangibles à la clef. Il démontre aussi que, contrairement à certaines idées reçues, le personnel de la vente peut aussi faire valoir ses droits.» Autant d'arguments qui devraient faire mouche auprès d'autres salariés lésés et leur donner l'énergie et le cran de réagir...

Sonya Mermoud

 

Edition n° 9 du 28 février 2007

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page