Bellinzone sur la bonne voie
Les résultats de la séance de la table ronde de jeudi dernier ont donné l'avantage aux syndicats

Le plan de démantèlement des ateliers CFF Cargo de Bellinzone, dévoilé début mars par la direction de l'ex régie fédérale, a été définitivement retiré. D'ici 2010, 10 millions de francs seront investis dans ces mêmes ateliers que des esprits chagrins voulaient, depuis Berne, liquider. A l'issue de la deuxième séance de la table ronde qui a eu lieu le jeudi 28 mai à Lucerne, le comité d'entreprise criait victoire. Mais prudence ! Si le match a été gagné, le championnat n'est pas fini.

Durant les jours qui ont précédé la deuxième rencontre de la table ronde, on dénotait des signes de nervosité dans le camp du comité d'entreprise. « On doit nous fournir la garantie que les ateliers de Bellinzone pourront poursuivre leurs activités comme par le passé, sinon gare... » a déclaré à la veille du match Gianni Frizzo, capitaine des ouvriers tessinois, en brandissant la menace d'une reprise de la grève.

Pas de fermeture
Oh surprise, cette deuxième rencontre de Lucerne a tourné à l'avantage des ouvriers grâce aux assists des experts financiers désignés par l'arbitre Franz Steinegger. En effet, ces experts sont arrivés à la conclusion que les ateliers de Bellinzone ne sont pas les responsables des chiffres rouges de CFF Cargo. Les experts ont même jugé « équilibrée » la situation financière de ces mêmes ateliers. Donc plus question de fermeture.

Nouveaux investissements
Cependant, pour consolider cet avantage, les ateliers de Bellinzone devront jouer plus offensifs. En clair, le nombre de wagons CFF à entretenir n'est pas suffisant pour que l'équipe tessinoise reste compétitive. Il faudra augmenter le volume de travail en trouvant de nouveaux clients. L'injection de 10 millions de francs, devrait garantir la compétitivité des ateliers de Bellinzone durant les 2-3 années à venir. Cet investissement permettra de souffler un peu.

Nouvelle menace
A l'issue de cette deuxième table ronde, Franz Steinegger s'est cependant montré prudent. « Nous avons fait un grand pas en avant, mais l'augmentation de la compétitivité à moyen et long terme ne se fera qu'au prix de gros efforts et investissements. » Nicolas Perrin, directeur de CFF Cargo, bien que satisfait de la solution trouvée, a déjà fait planer une nouvelle menace, celle des salaires, qui seraient selon lui trop élevés aux ateliers de Bellinzone.
La prochaine réunion de la table ronde aura lieu le 23 juin. Les participants chercheront à définir une stratégie à l'horizon 2016, date de l'entrée en service de la ligne de base du Gothard.

Alberto Cherubini



Dialogue constructif
Pietro Gianolli, secrétaire syndical SEV, a participé aux deux séances de la table ronde. Il analyse ainsi le résultat de ces négociations. « La table ronde a jeté les bases pour un dialogue constructif. Les résultats de la séance du 28 mai ne constituent pas la fin mais plutôt le début d'un nouveau dialogue qui paraît en mesure de se substituer à la confrontation. »
AC

 

Edition n° 23 du 4 juin 2008

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page