La Redoute a fermé ses portes
Une action symbolique a eu lieu vendredi au centre de logistique de la Redoute à Aigle, qui délocalise en Pologne

Une rose déposée pour chacun des 43 employés licenciés. Vendredi 29 août était jour de tristesse dans les locaux de La Redoute à Aigle, qui cessait ses activités ce jour-là. Deux bandeaux mortuaires ont été déposés symboliquement par la trentaine de salariés présents. «A notre regretté centre logistique. Ton personnel», indiquaient-ils. Annoncée en avril, la fermeture effective du centre, qui plie bagage pour la Pologne où le coût du travail est plus bas, a paradoxalement été vécue comme un soulagement: «Il fallait marquer le coup pour faire le deuil et tourner la page. Maintenant l'ambiance est détendue, c'est une libération», témoignait au sortir de cette action Jean-Pierre Peteuil, qui était responsable adjoint de l'exploitation et délégué à la commission de négociation avec la direction. Pourtant, seuls quatre des collaborateurs de La Redoute auraient pour l'heure retrouvé du travail. Mais l'ex-employé se dit confiant pour l'avenir. Même s'il concède que «c'est un vrai travail de trouver un emploi. Il ne faut pas compter sur la chance».
En attendant, la plupart des employés ont touché les montants des indemnités prévus par le plan social, âprement négocié avec l'aide d'Unia (voir notre édition du 23 avril), indique Jean-Pierre Peteuil. Les ex-salariés recevront aussi une aide à la recherche d'un nouveau travail.

Christophe Koessler

 

Edition n° 36 du 3 septembre 2008

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page