Fribourg: référendum dans l'air

Le Grand Conseil fribourgeois s'est prononcé jeudi dernier en faveur de la prolongation de l'ouverture des commerces le samedi de 16 heures à 17 heures. Cette extension sera compensée par la fermeture des magasins, les soirs de nocturnes hebdomadaires, une heure plus tôt, soit à 20 heures au lieu de 21 heures. «C'est un mauvais compromis», estime Xavier Ganioz, secrétaire d'Unia Fribourg et responsable du secteur tertiaire, précisant que cette contrepartie a fait l'objet de discussions nourries. «Nous ne sommes pas satisfaits de cette issue.» Et pour cause. Les samedis, les équipes de vente travaillent au complet alors que lors des nocturnes, les effectifs sont réduits. La raison? Ces extensions le soir ne rencontrent pas le succès escompté. Aussi, seules les grandes surfaces et les commerces avoisinants gardent leurs portes ouvertes. «Autant dire que cette compensation n'est pas égalitaire.» Dans ce contexte et même s'il doit agir sans l'appui de la gauche, Unia envisage - aux côtés d'autres syndicats - de lancer un référendum. A moins que l'Association des grands distributeurs fribourgeois qu'il a rencontrée lundi dernier lui offre de véritables garanties pour la signature d'une convention collective de travail dans la branche. «Mais cela fait des années que le sujet est sur la table. Les patrons ne cessent de repousser leur réponse, jusqu'à ce que la loi change» soupire, pessimiste, Xavier Ganioz conscient toutefois que la récolte de signatures - 6000 en trois mois - s'annonce difficile. Pas de quoi décourager le syndicaliste qui précise que le référendum projeté ne fait qu'entériner la volonté du personnel de vente. «Depuis l'an 2000, nous avons mené une quinzaine de sondages, au rythme de un à trois annuellement. En moyenne, plus de 85% des vendeurs interrogés ont affirmé ne pas vouloir d'extension des horaires. Ne rien faire serait passer outre leurs opinions. Nous essayons d'être au plus proche de leurs attentes» conclut Xavier Ganioz rappelant encore que la question de deux ouvertures dominicales sera aussi prochainement tranchée par le Grand Conseil, autre objet de colère du syndicat.

SM

 

Edition n° 42/43 du 15 octobre 2008

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page