Migros n'augmentera pas vraiment les salaires
Le géant orange annonce 3% d'augmentation salariale, ce qui compense à peine l'inflation, et encore, pas pour tous

L'augmentation de 3% de la masse salariale annoncée par Migros pour l'année prochaine est légèrement inférieure au résultat de son principal concurrent, Coop. Compte tenu du renchérissement annuel qui avoisine aujourd'hui 3 %, la masse salariale reste donc plus ou moins constante chez Migros.
Comme les années précédentes, Migros n'accorde pas d'augmentation générale des salaires. Les rémunérations ne sont adaptées qu'à titre individuel, ce qui rend difficile de vérifier si les adaptations annoncées sont dûment respectées. Surtout, les quelque 80000 employés de Migros dépendent entièrement, à l'issue des négociations salariales de cette année, du bon vouloir de leur hiérarchie. En réalité, les collaborateurs ne recevront même pas l'entière compensation du renchérissement. Une partie des employés repartiront les mains vides et devront s'accommoder, l'an prochain, d'une douloureuse perte de salaire en termes réels.

Enjolivement suspect
Les plus bas salaires, de moins de 4000 francs, sont également concernés. Migros a créé pour eux la notion du «salaire minimum brut», qui s'élève désormais à 3700 francs pour les personnes sans qualifications, tandis que les collaborateurs au bénéfice d'une formation professionnelle de base auront droit à des salaires moyens bruts oscillant entre 3800 et 4100 francs. Or tout indique qu'il s'agit d'une tentative d'enjolivement, constate Unia. Information prise auprès des participants aux négociations, ce «salaire minimum brut» inclut des allocations qui jusque-là étaient versées séparément. En réalité, certains salariés pourraient y perdre! En outre, le «salaire minimum brut» ne s'applique visiblement pas à toutes les régions, et certaines entreprises pourront «à titre exceptionnel» fixer un salaire minimum inférieur. L'effet de cette nouvelle définition des salaires sur la rémunération effective des employés reste donc difficile à mesurer. Unia exige que Migros fasse toute la transparence à ce sujet.

Unia exclu du partenariat social
Migros a obtenu ces dernières années des résultats record, dégageant depuis 2005 des bénéfices annuels de 700 millions de francs ou davantage au niveau du groupe. Pourtant, Migros n'envisage toujours pas d'offrir à l'ensemble de ses salariés la compensation du renchérissement. Unia n'a pas participé à ces négociations salariales. Bien qu'étant le syndicat le mieux implanté auprès du personnel de Migros, Unia est systématiquement écarté du partenariat social par le géant orange.

Christophe Koessler



Unia avait sensibilisé sur le terrain

Mercredi dernier, une dizaine de militants et de secrétaires d'Unia sont venus sensibiliser les clients d'un magasin Migros à Berne aux conditions salariales des employés. Des produits géants en plastique, tels que saucisses, pain et aspirines ont été poussés dans un chariot de dimension gargantuesque, afin de représenter l'accroissement du coût de la vie  alors que les salaires restent bas. «Les clients nous ont manifesté beaucoup de sympathie et savent que les choses doivent changer», a constaté Catherine Laubscher, responsable de la vente à Unia. Les 80000 collaborateurs de Migros sont à l'origine des succès de l'entreprise et devraient enfin pouvoir en bénéficier, notamment grâce à la hausse de leur productivité.
CK

 

Edition n° 45 du 5 novembre 2008

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page