Filmar en América latina - dix ans !

L'Evénement syndical a suivi une bonne partie des éditions précédentes du festival Filmar en América latina dont la dixième se déroule du 7 au 23 novembre. Filmar est à découvrir à Genève, avec également des projections à Lausanne, Bienne, Ferney-Voltaire, Pays de Gex, Versoix et Collonge-Bellerive. Ce festival propose une centaine de films, groupés en différentes sections. Une occasion de porter un regard sur le cinéma latino-américain récent et sur le cinéma suisse en Amérique latine, de traquer la mémoire dans ses états... cinématographiques ou d'ouvrir une fenêtre sur le cinéma chilien.
Parmi les films à l'affiche, la fiction ne cesse de gagner du terrain. Dix films dans cette catégorie sont en compétition et dix autres dans le genre documentaire. A noter encore que des manifestations spéciales et des rencontres, avec des invités ponctueront ce festival qui présente une nouvelle œuvre de Juan José Lozano. Peut-être se souvient-on de son film intitulé Un train qui arrive est aussi un train qui part (2004). Ce réalisateur, d'origine colombienne et suisse, né en 1971, installé à Genève depuis 1998, signe aujourd'hui Témoin indésirable. Film salué à Nyon au printemps 2008 et qui poursuivra sa carrière sur les écrans romands dès le 19 novembre 2008.

Toutes les informations directement sur le site www.filmaramlat.ch


Témoin indésirable de Juan José Lozano
La Colombie d'aujourd'hui: le gouvernement d'Uribe, appuyé par l'armée, tente de mettre fin à l'opposition des FARC et autres rebelles. Des forces paramilitaires d'extrême droite, soutenues par des gens de pouvoir et des militaires, frappent tous azimuts. Le peuple est de plus en plus oublié quand on s'éloigne des grands centres. L'information en mains officielles favorise le divertissement pour faire croire que la situation s'améliore. Un journaliste isolé, Morris Hollman, continue à défendre le petit peuple des victimes. Son émission de télévision hebdomadaire, Contravia, dénonce inlassablement les coups portés aux droits humains. Mais elle est diffusée à minuit et bientôt privée de moyens financiers, formes insidieuses de censure.
L'équipe de Lozano filme Hollman et les siens quand ils réalisent des reportages, à mille kilomètres de la capitale, pour constater que les plants de cocas arrachés jettent les paysans dans la misère... ou la rébellion, faute de se voir proposer une autre culture de survie. On suit aussi le travail technique de préparation des émissions en studio. Célèbre sur le continent américain, Hollman récolte des prix à New York ou au Mexique. Mais sur place, sa femme et ses enfants doivent être protégés par les forces officielles. Hollman connaît la peur pour les siens, sa femme menace de s'éloigner de lui. Il se demande si son combat de plus en plus risqué vaut vraiment la peine d'être poursuivi. Son engagement à travers son émission de télévision, dans un pays déchiré par une guerre civile dont l'existence est officiellement niée, tient du courage et de l'héroïsme.
Il tutoie le ministre de l'intérieur, mais les mesures de protection de sa famille diminuent. On découvre des corps enterrés par les paramilitaires, mais ceux-ci poursuivent leur action. Hollman est devenu un témoin indésirable. Le cinéaste a choisi de ne pas dire grand-chose des rebelles: ce n'est pas son sujet! Ce film, produit avec des moyens venus de Suisse et de France, présente le combat d'un homme qui se sent de plus en plus seul et qui l'est! Une force de résistance risque de s'éteindre s'il quitte la Colombie. Il est important qu'un film comme Témoin indésirable existe.

Freddy Landry

10 billets pour Témoin indésirable sont offerts aux lecteurs de L'Evénement syndical par Agora. Intéressé-e ? Ecrivez à L'Evénement syndical, Pl. de la Riponne 4, 1005 Lausanne ou envoyez un message à forum@evenement.ch. Attention, ces entrées ne sont pas valables les week-end et les jours fériés.

 

Edition n° 45 du 5 novembre 2008

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page