Elvetino: 120 francs pour tous!
Les négociations avec la société de restauration ferroviaire des CFF se concluent par un bon résultat

Nouveau résultat positif pour le personnel d'Elvetino, après des négociations salariales ayant demandé trois rondes de discussion et plusieurs assemblées communes des délégués des travailleurs des syndicats SEV et Unia. L'année dernière, les syndicats avaient déjà obtenu une hausse des salaires d'environ 3% pour 2008 et surtout la suppression de la participation au chiffre d'affaires, convertie en une hausse du salaire de base. Cette participation, fortement critiquée, faisait peser le risque de l'entreprise sur les travailleurs d'Elvetino, la filiale de la restauration ferroviaire des CFF qui compte plus de 750 employés.

De 3 à 3,5% des salaires effectifs
Cette année, les négociations ont été menées par Regula Bieri, secrétaire syndicale du SEV, Ferruccio Noto, employé des trains de nuit et président du groupe Elvetino au SEV, et Valérie Boillat, coresponsable de l'hôtellerie-restauration chez Unia, qui compte aussi des membres au sein du personnel. «Nous avons obtenu 120 francs d'augmentation pour tous, sur les salaires effectifs», se réjouit Valérie Boillat. Ces 120 francs représentent en effet une hausse de 3,25% pour un salaire de 3700 francs, qui peut être considéré comme le salaire moyen chez Elvetino. Pour un salaire de 3400 francs, cette hausse est de 3,5%, et pour un salaire de 4000 francs, elle est de 3%.
Ces augmentations entreront en vigueur le 1er janvier 2009. Petit bémol, les salaires minimaux, qui seront appliqués aux personnes engagées en 2009, n'ont été relevés que de 70 francs. Le salaire à l'embauche d'un employé du Railbar ou d'un aide de cuisine dans le wagon-restaurant sera de 3470 francs. Le salaire d'un sous-chef du wagon-restaurant ou d'un cuisinier non qualifié sera de 3670 francs et celui d'un chef de service ou d'un cuisinier qualifié se montera à 3970 francs. «Cela ne représente que 2 à 2,5% de hausse des salaires minimaux. Au niveau syndical, nous souhaitions relever dans une même mesure l'ensemble des salaires, mais les membres nous ont demandé de pousser vers une hausse supérieure pour les salaires réels. Pour eux, cela représentait une manière, légitime, d'être récompensé après avoir passé une année chargée, notamment à cause de l'Eurofoot, une année où ils ont beaucoup travaillé et ainsi contribué à la productivité de l'entreprise», explique la syndicaliste.

Un plus pour le personnel des stands mobiles
De leur côté, les salaires minimaux du personnel employé à l'heure ont été augmentés de 45 centimes. En 2009, un auxiliaire du Railbar touchera par exemple 22 fr. 75 de l'heure. Une hausse supplémentaire a pu être obtenue pour le personnel travaillant dans les stands mobiles d'Elvetino, installés sur certains quais, dans les grandes gares. Ainsi, et c'est une nouveauté, les employés des stands mobiles toucheront un supplément de 35 centimes par heure. «C'est une reconnaissance de leurs conditions de travail difficiles, dans des stands exposés au vent, au froid ou, l'été, à la chaleur», relève Valérie Boillat.
Pour la syndicaliste, les résultats finaux de ces négociations sont positifs en comparaison à ce qui a été obtenu dans d'autres branches. «Compte tenu de la situation actuelle, entre 3 et 3,5% d'augmentation des salaires effectifs est un bon résultat; pas de quoi pavoiser tout de même, la lutte continue, mais l'engagement des membres SEV et Unia a été très payant», ajoute-t-elle.

Sylviane Herranz

 

Edition n° 51/52 du 17 décembre 2008

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page