Près de 8000 signatures déposées à Fribourg
Large mobilisation contre l'extension des horaires des magasins le samedi

Des paquets cadeaux, emmenés dans un caddie symbolique par une vingtaine de manifestants, ont été remis mercredi dernier à la chancelière du canton de Fribourg. Et ce n'était pas l'heure des soldes. Au contraire, les emballages contenaient près de 8000 signatures, sur les 6000 nécessaires, recueillies pour le référendum contre la modification de la loi sur le commerce. Le Grand Conseil fribourgeois avait décidé, en octobre, de prolonger l'ouverture des magasins le samedi de 16h à 17h, en échange d'un abaissement de 21h à 20h de la nocturne qui a lieu en semaine. Face à cette nouvelle détérioration pour le personnel, et à l'impasse des discussions en vue de la conclusion d'une convention collective de travail (CCT) cantonale pour le commerce de détail, les syndicats Unia, Syna et l'Union syndicale fribourgeoise avaient saisi l'arme du référendum. Une arme reprise par le personnel de la vente lui-même puisque, selon Unia, près de 40% des signatures proviennent des vendeuses et des vendeurs. Nombre d'entre eux ont aussi dû résister aux pressions de certains employeurs qui leur avaient interdit de signer ou de faire signer le référendum, au mépris des droits démocratiques élémentaires.
«Ce premier succès est largement dû à la mobilisation du personnel», se réjouit Xavier Ganioz, secrétaire syndical d'Unia. Un premier succès qu'il faudra confirmer dans les urnes, en principe le 27 septembre prochain. Face à ce fort engagement du personnel, la mise dans la balance par les syndicats de l'acceptation d'une ouverture le samedi jusqu'à 17h en échange d'une convention collective est-elle encore d'actualité? «Nous avions en effet dit que nous serions prêts à discuter de la question, mais à l'heure actuelle, il est sûr que le contenu de la CCT devra être à la hauteur! La balle est depuis toujours du côté des employeurs», relève le syndicaliste.

SH

 

Edition n° 5 du 4 février 2009

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page