La maçonnerie en concours
Cédric Bettelini, jeune maçon romand, a participé à la finale suisse des meilleurs professionnels de sa branche

La finale suisse des jeunes maçons s'est déroulée récemment à Fribourg. Son vainqueur participera aux Olympiades des métiers cet automne au Canada. Un jeune romand a terminé 4e, avec une excellente prestation. Retour sur un événement regroupant des professionnels passionnés par leur profession.

Construire un mur de 450 briques, avec de nombreuses difficultés techniques, en 21 heures. Tel était le défi des six jeunes maçons qui se sont confrontés du 20 au 24 janvier à Fribourg, lors de la finale du concours suisse de la maçonnerie. A la clé, pour le meilleur, une qualification pour les Olympiades des métiers, les WordSkills, qui auront lieu en septembre à Calgary au Canada. Un seul de ces six jeunes était romand. Il s'agit de Cédric Bettelini, employé dans l'entreprise Debonneville & Fils à Gimel. Agé de 21 ans, il a terminé son apprentissage en juillet 2006. La qualité de son travail l'a amené à participer à plusieurs concours, en terres vaudoise et romande d'abord, puis au niveau suisse.
Si Cédric Bettelini n'a terminé «que» 4e à la finale suisse de Fribourg, son résultat est «le meilleur enregistré en Suisse romande depuis plus de quinze ans», estime Hermann Christen, doyen de l'Ecole de la construction de Tolochenaz, qui a aidé Cédric depuis 6 ans dans sa préparation aux compétitions. Hermann Christen note encore que l'ensemble des finalistes ont démontré «une qualité et une précision dans le travail bien helvétique». Mais il se réjouit tout particulièrement des prestations de très haut niveau du jeune romand, des prestations qui, que ce soit au niveau technique ou esthétique, «participent à la bonne image de la belle profession de maçon».
Ancien maçon lui-même, le doyen explique qu'une telle compétition est très compliquée. Le jeune maçon dispose de 21 heures pour tracer ses épures, c'est-à-dire reporter un plan en grandeur nature, puis le reporter sur les briques, couper les briques, et ensuite réaliser la maçonnerie. Les points sont attribués sur des critères objectifs, pour 60%, et sur des critères subjectifs, pour 40%. «Les points objectifs concernent les mesures, les plombs, les alignements, les niveaux, les équerres, la précision en quelque sorte. Et parmi les points subjectifs, il y a la conformité au plan, le type, la qualité et la propreté des joints, la qualité de la coupe des briques et la vitesse», explique Hermann Christen.  
Le meilleur jeune maçon de Suisse est celui qui a cumulé le plus grand nombre de points, selon une pondération particulière, entre le championnat régional, les éliminatoires suisses et la finale. Et c'est un jeune du canton de Saint-Gall, Benjamin Kuhn, qui a gagné la partie et qui représentera la Suisse cet automne à Calgary.
«Dans les métiers de l'artisanat, du bois et de la gastronomie, la Suisse se classe presque toujours parmi les 3 ou 4 meilleures nations du monde, alors que dans la mécanique technique par exemple, les pays asiatiques sont plus doués», indique Hermann Christen. Ainsi, ces 30 dernières années, les maçons suisses ont remporté 2 médailles d'or, 4 médailles d'argent et 8 diplômes aux Olympiades des métiers. Selon l'expert, Benjamin Kuhn a toutes les chances de réaliser un excellent résultat cet automne.  

Sylviane Herranz



Bientôt les Olympiades

Les 40e Olympiades des métiers, rebaptisées du nom barbare de WorldSkills, auront lieu du 1er au 7 septembre prochains à Calgary au Canada. Organisées tous les deux ans, ces olympiades voient se confronter des jeunes professionnels de 51 pays et de 45 métiers. Plus de 1000 concurrents s'affronteront pour décrocher le titre de champion du monde de sa catégorie. Cette compétition symbolise, pour ses organisateurs, «le summum de l'excellence dans le domaine de la formation professionnelle et technique».
Six catégories de métiers y sont représentées: la catégorie «Transports et logistique» avec des métiers allant de la carrosserie à l'entretien d'aéronefs; la catégorie «Construction et technologies de construction» qui comprend aussi bien les métiers du gros œuvre que les métiers du second œuvre ou encore la taille de pierre et le jardinage; la catégorie «Technologies de fabrication et ingénierie», avec des métiers tels que la mécatronique, l'électronique industrielle ou la charpente métallique; la catégorie «Technologies de l'information et de la communication» comprend des professions comme le Web design ou celles de l'imprimerie; la catégorie «Arts appliqués et industrie de la mode» est représentée avec la bijouterie, les fleuristes ou la couture. Dans la dernière catégorie, l'«Industrie des services», sont présents les métiers de la restauration et des soins aux personnes, comme la coiffure.  
Lors des dernières Olympiades, en 2007 au Japon, les jeunes Suisses ont remporté, toutes catégories confondues, 5 médailles d'or, 7 médailles d'argent, 5 de bronze et 18 diplômes. L'équipe suisse décrochait ainsi la 3e place.

SH

 

Edition n° 6 du 11 février 2009

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page