Unia au chevet du tertiaire
Santé au travail, nous y avons droit! Voilà le fil rouge de la campagne que vient d'initier Unia dans le secteur tertiaire

Plus de 30% des salariés en Suisse estiment que leur travail nuit à leur santé. Les employés du commerce de détail, de la logistique et de l'hôtellerie-restauration ne sont pas épargnés par cette situation. Dans ces branches, plusieurs facteurs posent problème. Les importantes variations de températures et courants d'air sur les postes de travail, les lourdes charges à transporter, l'absence de lumière du jour, les mouvements contraignants et répétitifs, le comportement importun de certains clients, les fortes contraintes liées à des horaires irréguliers, changeant souvent à courte échéance, et un stress croissant sont souvent le lot des travailleurs de ces domaines. Autant d'éléments qui fragilisent les employés et qui risquent, à terme, de les rendre malades. Un contexte qui n'est toutefois pas inéluctable et sur lequel entend agir Unia avec le soutien des salariés concernés. Aussi, le syndicat vient d'initier une campagne qui durera deux ans et placée sous le slogan «Santé au travail, nous y avons droit!». Une démarche qui repose sur plusieurs axes, de l'indispensable prévention à une collaboration accrue avec les organes d'exécution de la santé au travail et, à terme, au développement de dispositions légales plus efficaces. Le syndicat souhaite ainsi contribuer à la promotion et à l'application d'une «culture de la sécurité» dans les établissements. Un relevé des irrégularités, des solutions propres à y mettre un terme mais aussi une liste de bonnes pratiques devraient soutenir son action. Pour mener à bien son initiative, Unia mise sur un renforcement de la communication entre tous les acteurs - et en particulier avec les salariés - propice à l'établissement de conditions adéquates de travail ne nuisant pas à la santé. Et rappelle que les concepts de prévention ne déploient leurs effets sur le terrain que lorsque l'hygiène et la sécurité du travail occupent le même rang dans la hiérarchie que la satisfaction des clients ou l'aspect des coûts propres aux processus de travail. Fort de ces objectifs, Unia a développé différents outils de campagne et mis sur pied une formation spéciale pour ses troupes.

Sonya Mermoud

 

Edition n° 13 du 1 avril 2009

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page