Travailleurs en colère
Les employés de Franck Muller exigent que les autorités genevoises agissent

Les travailleurs de Franck Muller à Genève sont en colère: 300 d'entre eux, soit près de trois quarts des effectifs, vont perdre leur emploi; leur employeur aurait bénéficié d'un cadeau fiscal à hauteur de 250 millions de francs; et l'Etat n'a pas levé le petit doigt pour défendre les places de travail ou exhorter Franck Muller à assumer sa responsabilité sociale!
Vendredi passé, une quarantaine d'employés licenciés manifestaient leur révolte devant les portes du Grand Conseil genevois et exigeaient que les autorités cantonales interviennent afin de défendre les intérêts des travailleurs. Une manifestation qui a permis à nombre de parlementaires de discuter avec ces employés. En l'absence du président du Grand Conseil, la vice-présidente est venue à la rencontre d'une délégation qui lui a remis la résolution adoptée lors de l'assemblée du personnel réunie par Unia le mardi précédent.
Plus de 70 salariés avaient participé à cette assemblée. Dans la résolution, adoptée par une grande majorité d'entre eux, les travailleurs exigent que l'Etat agisse, ils contestent les licenciements, protestent contre la violation par Franck Muller de la procédure de consultation et contre le fait qu'à aucun moment il n'y ait eu de négociation d'un plan social digne de ce nom. Ils s'engagent également à prendre les mesures nécessaires pour éviter les licenciements, défendre leurs droits par voie juridique et ouvrir de véritables négociations pour un plan social. Et mandatent Unia à cet effet.
«Les travailleurs étaient sous le choc lors de cette assemblée. Mais après le rassemblement de vendredi, ils étaient contents d'avoir pu s'exprimer et de voir que le monde politique était touché», explique Ana-Bel Martinez, secrétaire syndicale d'Unia. Reste à savoir si l'Etat entend vraiment agir. Car les travailleurs ont aussi été estomaqués d'apprendre que ce dernier aurait offert une diminution d'impôt de 50% à leur patron. Alors qu'ils réclament un plan social minimal qui s'élèverait à 5 millions de francs, le cadeau fiscal représente... 50 plans sociaux!

SH

 

Edition n° 26/27 du 1 juillet 2009

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page