Au front pour les droits syndicaux
L'Union syndicale suisse et Unia lancent une campagne nationale pour la protection des militants. Premier épisode le 4 septembre

«Nous organisons une "rencontre de classe" des licenciés pour motif syndical», indique avec humour Vasco Pedrina, secrétaire national d'Unia. Tous les militants syndicaux victimes de congés abusifs sont en effet invités à se réunir le 4 septembre à Berne. Trois d'entre eux, licenciés cette année, ont d'ores et déjà annoncé leur présence. Il s'agit de Marisa Pralong, vendeuse chez Manor, Ernst Gabathuler, travailleur de Karl Mayer SA, et Daniel Suter, journaliste au Tages Anzeiger. Mais l'invitation est beaucoup plus large: secrétaires syndicaux, membres d'Unia et des commissions d'entreprise sont attendus nombreux à cette matinée de séminaire sur le thème de la liberté syndicale en Suisse. Cet événement sera le point de départ d'une campagne nationale visant à obtenir une meilleure protection contre les licenciements antisyndicaux. Car depuis le début de l'année, le nombre de ces délits a explosé : «Ils ont pris une ampleur absolument inquiétante depuis le déclenchement de la crise financière et économique», indique Unia. Or au lieu de réagir, sous l'injonction de l'Organisation internationale du travail (OIT) qui a rappelé la Suisse à l'ordre en constatant que la protection des militants y était insuffisante, le Conseil fédéral a répondu début juillet en niant simplement le problème. Et a renvoyé la balle aux partenaires sociaux. Ignorant par là même que les employeurs refusent d'entrer en matière sur ce point.
Pour Unia et l'Union syndicale suisse, le temps est venu d'agir. Seule une forte pression contraindra les autorités et les employeurs à respecter les conventions internationales signées par la Suisse. Le séminaire permettra d'établir des stratégies en vue de la réussite de la campagne visant à obtenir l'obligation de réintégrer les personnes licenciées en raison de leur engagement - comme cela est le cas dans les pays voisins. A cette occasion, sera lancée une lettre ouverte à l'intention du Conseil fédéral qui sera signée le plus largement possible, et dont les premiers signataires seront les militants injustement congédiés en 2009.

CK

Le séminaire aura lieu le 4 septembre, de 9h à 13h au secrétariat central d'Unia à Berne. Traduction simultanée allemand-français. Renseignements et inscriptions - jusqu'au 29 août - par courrier électronique: therese.lauper@unia.ch

 

Edition n° 32/33 du 12 août 2009

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page