Nouvel espace d'accueil à Lausanne
Le secrétariat Unia de Lausanne s'agrandit et a emménagé un nouvel espace. Retour en images sur une réalisation réeussie

L'accueil. C'est le maître mot de la nouvelle réception du secrétariat Unia à Lausanne. Un concept qui se concrétise aujourd'hui dans un espace ouvert sur la place publique, dans lequel les employées d'Unia reçoivent les travailleuses et travailleurs en quête de renseignements ou de solutions à leurs problèmes de travail.

Le syndicat Unia s'affirme au cœur de Lausanne. Depuis la mi-novembre, il a pignon sur rue, ou plutôt sur la place de la Riponne. Profitant du départ d'un commerce de livres situé au rez-de-chaussée de l'immeuble qu'il occupe depuis 2002, le syndicat a décidé ce printemps d'agrandir ses locaux dans le but d'offrir un espace accueillant pour ses membres et pour toutes les personnes intéressées par l'action syndicale.
Sous les coups de pioches et de marteaux piqueurs, la dalle qui séparait le 1er étage du rez-de-chaussée a laissé un trou béant, comblé aujourd'hui par un magnifique escalier en colimaçon. Depuis le début du mois d'août, des travailleurs de tous les corps de métiers et de nombreuses coopératives se sont succédé pour réaliser le nouvel espace du rez-de-chaussée, mais aussi pour réaménager le 1er étage qui abrite toujours les bureaux des secrétaires syndicaux d'Unia ainsi que la Caisse de chômage. Une caisse qui dispose ainsi de locaux plus spacieux et plus accueillants pour les demandeurs d'emploi.
Le 23 novembre dernier, lors de l'inauguration des lieux, le secrétaire régional d'Unia Aldo Ferrari a indiqué qu'une nouvelle aventure commençait ici, après la création de la Maison syndicale en 2002, qui avait vu l'installation dans les mêmes locaux du Syndicat industrie et bâtiment (SIB) et de la Fédération des travailleurs de la métallurgie et de l'horlogerie (FTMH), puis celle d'Unia début 2005. «Dans cette maison, nous avons créé le grand syndicat interprofessionnel du privé dans lequel une vendeuse peut adhérer, puis aller travailler dans l'industrie et pourquoi pas dans une banque, sans devoir changer d'organisation. Aujourd'hui, Unia se doit d'être au service de ses membres, nous devons leur offrir un accueil et des prestations de qualité», rappelle Aldo Ferrari alors que le syndicat compte 20'000 affiliés dans le canton de Vaud et quatre autres secrétariats.

Jeux de lumière et ouverture
La volonté d'améliorer le service aux membres se retrouve dans l'aménagement des lieux. «Le syndicat savait ce qu'il voulait, nous avons interprété cela en espace et en matériaux. Nous ne voulions pas qu'on prenne ces locaux pour une banque ou une assurance, ni pour un bar, tout en ayant un certain confort», souligne l'architecte André Rochat, de l'Atelier AAX, qui a élaboré le projet en collaboration avec l'architecte Valérie Jaccottet et l'apprenti dessinateur en bâtiment Jonathan Hornung.
Loin de l'arrogance et du tape-à-l'œil, la nouvelle réception d'Unia a des airs de modernité et joue avec la lumière des grandes baies vitrées captant le soleil au sud et s'ouvrant sur l'espace public au nord. La simplicité a été recherchée dans les matériaux utilisés: métal déployé et plateau de bouleau pour le meuble de la réception, sol en résine industrielle. Les guichets sont aussi ouverts, le regard des visiteurs pouvant se porter sur l'arrière du local. Une transparence intentionnelle, bénéficiant de la luminosité naturelle. Et le soir venu, ce sont de petites lampes led, très économiques, qui prennent le relais, illuminant harmonieusement l'espace et affichant ainsi l'existence du syndicat sur la place de la Riponne, à la sortie du métro Maurice Béjart, nommée en l'honneur du célèbre chorégraphe qui a vécu dans l'immeuble.

Sylviane Herranz



Des ouvertures élargies

La nouvelle réception d'Unia est ouverte aux heures suivantes:
Lundi 9h à 17h30
Mardi 9h à 18h30
Mercredi 9h à 12h
Jeudi 9h à 18h30
Vendredi 9h à 16h
Samedi 8h à 11h

Caisse chômage: les horaires sont inchangés, l'accès se fait comme auparavant par l'entrée principale de l'immeuble.
Lundi 14h à 17h30
Mardi 14h à 18h
Jeudi 14h à 18h


 

Edition n° 49 du 9 décembre 2009

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page