A coeur ouvert... avant qu'il ne lâche

Fâché avec votre supérieur ou vos collègues? Ne ravalez pas votre colère! Ne gardez rien sur le cœur! Parlez! Selon une étude publiée dans le Journal of Epidemiology and Community Health de Stockholm (Suède), les hommes qui refouleraient leurs émotions lorsqu'ils se sentent injustement traités au travail seraient deux fois plus menacés de problèmes cardio-vasculaires que les autres. Aucune conclusion de ce type toutefois pour les femmes, écartées de cette analyse car étant moins sujettes à ces risques et plus enclines au dialogue...

Plutôt que la retenue, l'étude - menée auprès de 2755 employés - plaide ainsi clairement en faveur d'une saine expression des griefs. Et, dans le pire des cas, pour éloigner les menaces avérées d'une crise cardiaque et, moindre mal, pour faire barrage aux maux de ventre et de tête qui séviraient davantage auprès des collaborateurs silencieux. Il ne s'agit pas de sauver la face mais bien, à terme, sa peau. Et de ne laisser aucune brèche à la maladie qui aura tôt fait de déjouer les fragiles et dangereux paravents mentaux élevés à la frustration. Pour preuve? 47 employés participant à l'étude ont, durant son déroulement, été victimes d'un infarctus du myocarde ou sont décédés suite à des problèmes cardio-vasculaires. La plupart nourrissaient des ressentiments au bureau sans ne rien laisser transparaître.

Bien que malsains, silence et repli sur soi s'expliquent aisément. Par les temps qui courent, on se tait le plus souvent par crainte des représailles. Oser exprimer son mécontentement c'est prendre le risque d'être remplacé par des bataillons de serviteurs dociles. Le souci du «politiquement correct» joue aussi un rôle prépondérant dans une société qui, largement orientée sur les apparences, ouvre davantage le champ aux violences larvées qu'aux disputes ouvertes. Et à leur cortège de pernicieuses souffrances au travail telles qu'épuisement professionnel, harcèlement et autres maux que de franches discussions auraient peut-être pu éviter. En rien synonyme d'agressivité, la confrontation a le mérite de crever l'abcès et, souvent, de faire progresser le débat. Pour peu qu'elle se déroule entre personnes qui placent le respect de l'autre et la civilité... au cœur de leur démarche.

Sonya Mermoud

 

 


 

Edition n° 1/2 du 13 janvier 2010

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page