Une multinationale pour placer les chômeurs
Les socialistes vaudois demandend des éclaircissements au Conseil d'Etat face à la privatisation d'un service aux chômeurs

Fâché, le député socialiste Nicolas Rochat! Hier, devant le Grand Conseil vaudois, il devait développer une interpellation sur la privatisation d'une partie des tâches des Offices régionaux de placement (ORP) révélée par la presse le samedi 23 janvier. Une multinationale australienne, Ingeus, a en effet été mandatée par le canton pour s'occuper, dès le début de ce mois de février, de 2250 chômeurs, soit 1550 personnes à la recherche d'un emploi depuis plus de 9 mois, et 700 bénéficiaires du Revenu d'insertion. La durée du mandat est de 3 ans et la multinationale, qui a ouvert sa succursale lausannoise en décembre, touchera une subvention annuelle de 3,8 millions à laquelle viendront s'ajouter les primes à la réinsertion. Primes qui, en France où Ingeus est implantée, oscillent entre 3500 et 4500 euros par personne placée.
Nicolas Rochat et ses camarades du groupe socialiste dénoncent cette externalisation d'une prestation de l'Etat à une société privée, ne connaissant de surcroît pas le marché du travail local. Cela d'autant plus qu'une précédente expérience avec Adecco et le cabinet Porot, un cabinet de consulting, n'a pas encore été évaluée. «Nous demandons au Conseil d'Etat de faire toute la lumière sur ce mandat donné à Ingeus, sur son coût, sur les conditions par lesquelles il a été octroyé, sans que personne ne soit consulté. Nous ne savons même pas s'il y a eu un appel d'offres!» explique le député. «Nous souhaitons également savoir pourquoi le Service de l'emploi n'a pas engagé des conseillers ORP supplémentaires et si le Conseil d'Etat entend privatiser davantage de prestations», relève le jeune député, ancien syndicaliste à Unia, alors que le taux de chômage est de 5,9% dans le canton et que le nombre de chômeurs s'est accru de 5000 personnes en une année.
Nicolas Rochat attend aussi de l'Etat une véritable évaluation des mandats donnés à Adecco et à Porot en 2007. Car une étude réalisée récemment en France a démontré que les agences ANPE ayant effectué des prestations équivalentes à celles d'opérateurs privés en matière de coaching par exemple ont obtenu de meilleurs résultats pour un coût trois fois moins chers que les privés.
Le député demande encore au Conseil d'Etat quelle est sa stratégie à long terme pour lutter contre le chômage. Car réinsérer des chômeurs, c'est bien, encore faut-il qu'il y ait des emplois. Fin décembre, le canton de Vaud comptait 20000 chômeurs pour... 1073 places vacantes...

SH

 


 

Edition n° 5 du 3 février 2010

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page