Two Brothers, de Igaal Niddam, Suisse/Israël

Igaal Niddam, suisse d'origine marocaine, qui fit une large et abondante carrière à la TSR, vécut une dizaine d'années dans un kibboutz d'Israël, pays qui continue à retenir son attention de cinéaste.
Dans son nouveau film, Two Brothers, Dan cultive la terre dans un kibboutz du sud du pays. Aharon, son frère, enseigne aux Etats-Unis. Excellent juriste, il se rend en Israël pour défendre les droits d'étudiants de la Torah qui refusent de servir dans l'armée pour des raisons liées à leur foi. Ces religieux sont pris entièrement en charge par l'Etat, qu'ils combattent pourtant. Dans un pays qui devrait être moderne et laïc, ils sont totalement improductifs. Bien entendu, la rencontre difficile entre les deux frères qui ne se sont pas vus depuis des années sera tendue, difficile, parfois même brutale. Dan et son entourage en souffriront.
Depuis de nombreuses années, Israël est en conflit fréquent avec ses voisins arabes. La quasi-permanence de ces confrontations, l'absence de dialogue conduisant vers la paix ont pour évidente conséquence de masquer les conflits intérieurs. Dans Two Brothers, Niddam adopte une attitude claire: il n'évoque pratiquement pas les conflits avec les communautés arabes pour s'en tenir à un grand danger qui menace Israël: la montée des intégristes religieux qui s'installent au cœur même d'un Etat qui risque d'y perdre la part de modernité de sa laïcité. Aujourd'hui, le pouvoir politique ne peut pas se passer de l'appui d'une droite extrême, multiple et religieuse face à une gauche laïque affaiblie. Two Brothers dénonce les risques de tension ou même d'affrontement à l'intérieur du pays. En ce sens, le témoignage de Niddam a un grand poids informatif, même si dans des textes d'accompagnement du film ou lors de présentations orales le cinéaste est plus percutant dans la dénonciation du danger que dans le film lui-même un peu plus prudent. La mise en scène est simple et efficace. Les acteurs font vivre des personnages crédibles, certes parfois un peu carrés. L'importance du film tient à sa mise en garde contre l'extrémisme.

Freddy Landry


Invitations spéciales !

Vingt places pour la première lausannoise du film Two Brothers suivie d'une discussion en présence du réalisateur Igaal Niddam, sont offertes à nos lectrices et lecteurs par Moa Distribution.
Cette première aura lieu le jeudi 11 mars à 21h au Pathé les Galeries du cinéma, Rue du Petit-Chêne 27 à Lausanne.
Intéressés ? Ecrivez-nous à forum@evenement.ch.

 

 


 

Edition n° 7/8 du 17 février 2010

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page