Rectificatif

Contrairement à l'impression que certains lecteurs ont pu avoir à la lecture de l'article du 4 novembre 2009 intitulé «antisyndicalisme à la mode du chef», l'Evénement syndical tient à préciser que M. Philippe Chevrier n'est que propriétaire des murs du Café de Peney et n'était pas l'employeur, ni le responsable de l'apprenti malmené dans cet établissement.
M. Philippe Chevrier ne gère plus le Café de Peney depuis le 1er janvier 2008 et n'a aucun lien de quelque nature que ce soit avec cet apprenti.

 


 

Edition n° 15 du 14 avril 2010

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page