Le fossé s'élargit de façon indécente
En France aussi, les écarts entre les hauts revenus et les salaires moyens ne cessent de se creuser

Dans la plupart des pays industrialisés, le fossé entre les salaires moyens et les rémunérations des top-managers et grosses fortunes ne cesse de se creuser. En France, les revenus des grands patrons du CAC 40 ont littéralement explosé alors que leurs salariés se serraient la ceinture.

Il y a un mois, nous relations dans ce journal le fait que les écarts entre les hauts revenus et les bas salaires ne cessaient de se creuser, avec par exemple des top-managers gagnant parfois 229 fois plus que leurs employés. Une situation qui a incité Unia à revendiquer des salaires plus justes, le plafonnement des hauts revenus et la fin des cadeaux fiscaux. Or quinze jours à peine après cet appel, le grand patron du Credit Suisse battait tous les records de l'indécence en engrangeant un pactole annuel de plus de 71 millions de francs.

Financiers voraces
En France, où l'explosion obscène des hauts revenus est comparable à ce qui prévaut ici, toutes les limites ont été franchies. En tête du palmarès, Bernard Arnault, patron du groupe de luxe LVMH campe sur une fortune estimée par le magazine américain Forbes à 27,5 milliards de dollars. Et pour compléter le tableau, ses revenus annuels s'élèvent à 16,8 millions d'euros. Pendant ce temps, certains salariés du groupe ont été invités à se serrer la ceinture et ont dû recourir à la grève pour obtenir une maigre augmentation. Chanel n'est pas plus généreux. Selon l'hebdomadaire français Marianne, «l'entreprise vient de verser 230 millions d'euros de dividendes à ses actionnaires», dont une famille qui a déjà une fortune estimée à 7,5 milliards de dollars, «quand elle se contente de proposer aux salariés une augmentation de... 20 euros par mois. Où est l'équité?» Commentaire: «Dix-huit mois après le déclenchement de la grande crise, non seulement rien n'a changé, mais, du point de vue salarial, les écarts se sont encore creusés dans des proportions toujours plus insoutenables.» Pour les grands patrons et les financiers, «si le festin continue comme si de rien n'était, les salariés, eux, paient toujours la note: salaires bloqués, fermetures de sites, plans sociaux, stress au travail». L'auteur de l'article, Emmanuel Lévy, note que «si une majorité des salariés rament pour boucler leurs fins de mois, le top-management, lui, échappe totalement à ces vicissitudes». En une décennie en effet, les gens les mieux payés de France (1% des salariés) ont vu leur rémunération grimper de 35,5%, pour atteindre aujourd'hui 330'310 euros par année en moyenne. Pour 90% des Français à bas et moyens revenus en revanche, la hausse, n'a été que de 9% pendant la même période.
Plus de la moitié des privilégiés qui s'arrogent des augmentations pharaoniques alors qu'ils gagnent déjà des fortunes proviennent du secteur financier. En clair, les financiers qui ont provoqué la crise à force de gloutonnerie recommencent à se goinfrer sur le dos du monde du travail tout en se nourrissant des fonds publics des contribuables qui les ont renfloués et tout en imposant aux salariés de se serrer la ceinture.


Pierre Noverraz

 



Les 300 plus riches de Suisse

En décembre dernier, le magazine Bilan, comme il le fait chaque année, a publié la liste des 300 personnes les plus riches de Suisse. Le magazine révèle que la fortune des plus nantis a reculé de 10 milliards par rapport à l'exercice précédent. Mais il leur reste tout de même... 449 milliards! Autrement dit la diminution n'est que d'environ 2%. Pour remonter la pente, «les investisseurs ont parié sur le succès des plans de relance étatiques», note l'auteur du dossier, Nicolas Pinguely.
En Suisse, 133 personnes sont milliardaires (138 l'année 2008). Elles détiennent 84% de la richesse totale des 300 plus fortunées. Le plus riche reste le fondateur d'Ikea, Ingvar Kamprad, avec près de 36 milliards, ce qui le place au septième rang des fortunes mondiales.
En dépit de la crise, certaines fortunes ont atteint des sommets. Margherita Agnelli de Pahlen, l'une des héritières de Giovanelli Agnelli, l'ancien patron de Fiat, voit la sienne exploser de 225% à 1,3 milliard grâce à un héritage revu à la hausse. Le fondateur de Debiopharm, Rolland-Yves Mauvernay, n'est pas en reste. Son estimation grimpe de 57% à 1,1 milliard, soutenue par son groupe pharma qui génère un chiffre d'affaires de 2,9 milliards. Jean-Claude Gandur, le fondateur de la société pétrolière Addax, a lui réussi un coup de maître. Il a vendu sa société au chinois Sinopec pour 8,5 milliards, ce qui le fait progresser de 133% à 2,1 milliards. D'autres sont davantage à la peine. Avec un plongeon de 72%, la fortune de Madeleine Schickedanz subit la chute la plus importante (-1,3 milliard).
Parmi les nouveaux venus dans le cercle des privilégiés figure notamment le pilote automobile de formule 1 Kimi Räikkönen, avec plus de 100 millions de francs. Une broutille comparée à Harry Borer, «qui aurait encaissé 2 milliards du groupe Rolex pour lui céder le site de Bienne».
Les femmes ne représentent que 7% du total des 300 plus riches. La reine des brasseries Charlene Lucille de Carvalho-Heineken, avec 6 milliards, est la femme la plus riche de Suisse. Sa dauphine, Athina Onassis, héritière de l'empire de l'armateur Onassis voit, elle, sa fortune reculer d'un milliard en raison des difficultés rencontrées dans le transport maritime.
Si de nombreuses branches économiques ont stagné ou même reculé en 2009, certaines catégories ont notablement progressé. C'est le cas de l'industrie de la casse qui engrange 900 millions de francs. La fortune de Johann Rupert, président du conseil d'administration et nouveau CEO de Richemont (Cartier, Vacheron Constantin, etc.), a progressé de 1 milliard.
S'agissant des trois régions les plus prisées par les 300 personnes les plus riches du pays, 24% d'entre elles sont établies à Genève, 16% dans le canton de Vaud, et 13% dans celui de Zurich. 


PN

 


 

Edition n° 20/21 du 19 mai 2010

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page