Succès d'une grève : convention collective et 13ème salaire obtenus
Le personnel du centre de distribution de Valrhône avait cessé le travail pour exiger le paiement de leur gratification

Une nuit et une journée de grève: une mobilisation exemplaire du personnel de Valrhône à Bussigny ayant conduit à la conclusion, jeudi passé, d'une convention collective avec le groupe propriétaire Distribution Suisse. Cette CCT, introduisant notamment le 13e salaire, bénéficiera aussi aux employés des magasins Pam et Proxi.

Une heure du matin, le 29 novembre 2011. Les chauffeurs et le personnel du centre de distribution de Valrhône à Bussigny, soutenus par le syndicat Unia, se mettaient en grève. Pas un camion n'est sorti du dépôt cette nuit-là, ni la journée qui a suivi, pour aller livrer les colis postaux ou approvisionner les magasins Pam et Proxi. La veille, la direction avait répondu à la demande du personnel qui exigeait le maintien de la gratification de fin d'année. C'était non. La colère suscitée par cette réponse s'est traduite, lors de l'assemblée du personnel tenue en fin d'après-midi, par la décision de se mettre en grève dès la première tournée des camions. Car cette prime, qui avait remplacé quelques années auparavant le 13e salaire, était essentielle pour le personnel touché, celui disposant des plus bas salaires, les cadres bénéficiant toujours du 13e mois. Malgré les pressions, la grève avait été suivie par la grande majorité du personnel. Le bras de fer avait obligé le directeur financier du groupe Distribution Suisse, propriétaire de Valrhône, à venir de Paris. Entre temps, la direction locale avait saisi l'Office de conciliation. Une séance entre toutes les parties s'était tenue le soir même. Les travailleurs, exigeant aussi une convention collective pour régler leurs conditions de travail, décidaient de suspendre leur mouvement. Un mouvement soutenu par de nombreuses vendeuses des magasins Pam, propriété de Distribution Suisse, touchées elle-aussi par la suppression de la gratification.
Les discussions devant l'Office de conciliation ont finalement abouti, le 13 décembre, à un accord: Distribution Suisse acceptait de payer une prime de 1020 francs à tout le personnel pour 2011 et donnait son accord pour l'ouverture de négociations pour une convention collective.

13e salaire et 5e semaine de vacances
Une délégation de six membres du personnel et des représentants d'Unia Vaud et d'Unia Valais - où se trouvent la grande majorité des magasins Pam - ont négocié de pied ferme dès le mois de février. Résultat: la convention collective de travail a été conclue jeudi dernier à Bussigny entre Unia et le groupe Distribution Suisse. Cette CCT couvrira, dès le 1er janvier 2013, les quelque 800 employés du groupe, et notamment les chauffeurs, les magasiniers et le personnel administratif de Valrhône à Bussigny, tout le personnel des magasins Pam et Proxi, et tous les employés Fair Express n'étant pas soumis à la convention de l'hôtellerie-restauration.
La CCT introduit un 13e salaire selon l'ancienneté, soit 25% la première année, 50% le seconde, 75% la troisième et 100% dès la quatrième année de service. Elle prévoit également le paiement des jours fériés pour le personnel à l'heure, l'introduction échelonnée d'une 5e semaine de vacances (un jour de plus par an), et la protection contre les licenciements économiques. Le plan social, négocié à l'époque à la suite de licenciements chez Pam, est reconduit.
Les négociations ont aussi permis de s'accorder sur un avenant pour le paiement du 13e salaire cette année déjà. Comme nombre d'employés du groupe sont en place depuis plus de 4 ans, une majorité touchera un 13e mois complet en fin d'année.

Détermination exemplaire
«Il faut saluer la détermination exemplaire des employés de Valrhône. Sans la grève menée en novembre, nous n'aurions jamais obtenu ce résultat! C'est une victoire», relève Muriel Chenaux, responsable du tertiaire à Unia Vaud. Elle se réjouit aussi du fait que la convention bénéficiera aux vendeuses des magasins Pam et Proxi. Et relève le courage et l'engagement des délégués du personnel dans la défense de leurs collègues pendant les pourparlers.
«Cette convention est un bon résultat au vu de la situation économique difficile dans la branche», souligne Blaise Carron d'Unia Valais qui se félicite de la conclusion de cet accord dans un secteur peu conventionné. «Je suis convaincu que les améliorations obtenues donneront un signal positif au personnel», ajoute-t-il.
Pour l'heure, la convention ne fixe pas de salaires minimums. Mais les discussions sur ce point se poursuivent, indiquent les syndicalistes. 


Sylviane Herranz

 

 

Edition n° 26/27 du 27 juin 2012

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page