Prévenir les maladies dues à l'amiante
La Suva a présenté des innovations en matière de prévention des maladies provoquées par l'amiante

Chaque année, une centaine de travailleurs décèdent des suites d'une exposition à l'amiante. Et, bien qu'interdit depuis 1990, les risques de nouveaux cas perdurent. Et pour cause: la plupart des bâtiments ayant été construits avant cette date contiennent le matériau meurtrier, susceptible d'être libéré lors de travaux de transformation, rénovation ou démolition. Soucieuse de contrer cet état de fait, la Suva a développé un nouvel outil en ligne, «l'inventaire amiante». Parallèlement, elle propose aux personnes ayant été en contact avec la fibre un dépistage précoce du cancer du poumon par scanner. Une méthode propre à réduire les risques de mortalité qui lui sont liés.

La Suva poursuit son combat contre les risques d'exposition des travailleurs à l'amiante. Lors d'une conférence de presse tenue le 26 mars dernier à Zurich, elle a présenté sa dernière arme propre à faire barrage à cette menace, «l'inventaire amiante». Une application en ligne permettant d'identifier la présence de la fibre cancérigène dans des bâtiments. Cette dernière est aussi bien destinée aux propriétaires et gérants d'immeubles qu'aux architectes, maîtres d'ouvrage, entrepreneurs, artisans et même aux habitants. «Cet outil indique non seulement les endroits où l'on trouve encore fréquemment des matériaux amiantés, mais aussi les mesures à prendre en cas de danger ainsi que les situations nécessitant l'intervention d'une équipe de spécialistes pour éclaircir un doute ou procéder à des travaux de désamiantage», a expliqué Martin Gschwind, chef de la division protection de la santé au poste de travail à la Suva.

Amiante toujours présent
Grâce à cet inventaire imagé, l'utilisateur peut répertorier et documenter aisément les sources d'amiante dans les différentes pièces d'une construction. Il sera informé des risques de libération de la fibre en cas de détérioration, par exemple, d'un revêtement de sol amianté ou lors de son enlèvement. Une précaution particulièrement pertinente sachant que 80% des bâtiments en Suisse ont été érigés avant 1990, date à laquelle le matériau a été interdit, et contiennent très probablement la nocive substance. «On lui connaît environ 3500 applications... De nombreux sites sont contaminés», a relevé Edouard Currat, membre de la direction de la Suva. Plusieurs corps de métiers peuvent être confrontés à la problématique. Chef du secteur chimie à la Suva, Edgard Käslin a mentionné les électriciens, les couvreurs et constructeurs de façades, les techniciens du bâtiment, les menuisiers ou encore les poseurs de revêtements de sol et carreleurs... «On manque de conscience que l'amiante est encore aujourd'hui présent. La Suva collabore étroitement avec les associations professionnelles et les branches concernées», a-t-il déclaré. «L'inventaire amiante» vient renforcer un autre outil de prévention de la Suva, la «Maison de l'amiante», à visiter en version réelle ou virtuelle.

Dépistage précoce
Parallèlement, la Caisse nationale d'accident veut exploiter les possibilités de dépistage par scanner du cancer du poumon lié à l'amiante (tomodensitométrie/TDM). Une identification précoce permettrait en effet de réduire la mortalité des malades qui y sont atteints comme l'a démontré une étude menée sur 50000 personnes âgées de 55 à 74 ans. Ces examens seront proposés sur une base volontaire aux assurés concernés appartenant à la catégorie d'âge prise en compte dans la recherche. «Un cancer se déclare 30 à 40 ans après une exposition à l'amiante. La plupart des matériaux amiantés ayant été importés en Suisse entre 1975 et 1978, la Suva part du principe que l'utilité du dépistage par TDM atteindra son plus haut point dans les cinq à dix prochaines années», a déclaré Susanna Stöhr, spécialiste en pneumologie et médecine générale interne FMH de la division médecine du travail de la Suva.
Le premier cas reconnu de maladie professionnelle due à la fibre date de 1939. Aujourd'hui, une centaine de travailleurs décèdent chaque année des suites d'une exposition à l'amiante subie des années auparavant. Autant que les victimes de la route (119 accidents mortels en 2011), a encore précisé la Suva...


Sonya Mermoud

Davantage d'informations: www.suva.ch/inventaire-amiante; www.suva.ch/maison-amiante.

 

 

Edition n° 15 du 10 avril 2013

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page