Grève historique chez Spar
Le personnel du magasin de Dättwil en Argovie se bat contre des salaires de misère et des conditions de travail désastreuses

A leur 8e jour de grève, lundi passé, les grévistes du magasin Spar de Dättwil en Argovie avaient enfin obtenu l'ouverture de pourparlers avec la direction. Une rencontre était prévue hier, mardi. Le personnel de Spar exige l'amélioration de ses conditions de travail et de salaire.

C'est une grève historique dans le commerce de détail helvétique! Le lundi 3 juin, le personnel du magasin Spar de Dätwill dans le canton d'Argovie a cessé le travail. Une semaine plus tard, lundi 10 juin alors que nous mettions sous presse, le mouvement de grève continuait. Il avait débuté en raison du refus de la direction d'entrer en matière sur les propositions d'améliorations demandées par le personnel qui se plaint de salaires trop bas, de 3600 francs aujourd'hui, d'un sous-effectif chronique et de l'absence de toute perspective d'amélioration.
Depuis le début de la grève, le magasin Spar, employant 21 personnes dont le gérant et des apprentis, est fermé. Tout comme la station-service attenante. Jeudi dernier, les cadres de l'enseigne, qui n'a rien d'un shop de station-essence puisqu'elle mesure 570 m2, ont tenté sans succès de reprendre possession des lieux avec une soixantaine de personnes. Cette démonstration de force et les menaces à l'encontre des grévistes ont mis en évidence l'inflexibilité de la direction qui refusait de négocier. Dimanche soir, une fenêtre s'était pourtant ouverte avec des pourparlers préliminaires entre les représentants des deux parties. Un rendez-vous avait été pris, oralement, pour lundi matin à Zurich. Mais la délégation des grévistes, soutenus par Unia, s'est trouvée devant une porte close. Après une vaine attente, la direction de Spar leur annonçait par téléphone qu'elle ne viendrait pas. En fin de matinée, grévistes et syndicats se sont donc rendus au siège du groupe Spar à Saint-Gall, un groupe de supermarchés présent surtout en Suisse alémanique et employant quelque 2000 personnes en Suisse. La délégation des grévistes et Unia ont dû faire le pied de grue devant la porte de l'immeuble pour qu'enfin, par des échanges électroniques, un rendez-vous puisse être fixé pour la matinée de hier, mardi 11 juin.
Cette plus longue grève que n'ait jamais connu le commerce de détail en Suisse rencontre un très large soutien, allant des employés d'autres succursales de Spar à la population en passant par le mouvement syndical. Des messages de protestation peuvent également être envoyés à la direction via le site internet d'Unia*.
Dimanche 9 juin, près de 300 personnes ont participé à une fête de solidarité avec les grévistes à côté du magasin. Le rappeur Greis y a fustigé l'obstination et les menaces de la direction, a indiqué Unia dans un communiqué. Paul Rechsteiner, président de l'Union syndicale suisse a félicité les grévistes: «Par votre grève, vous ne luttez pas seulement pour votre avenir professionnel, mais pour tous les autres salariés du commerce de détail», a-t-il déclaré. Vania Alleva, coprésidente d'Unia, a aussi salué le courage des grévistes et l'importance de leur combat pour tout le personnel de la branche: «Quand de mauvaises conditions de travail et un manque de respect viennent s'ajouter à des salaires de misère, la ligne rouge est franchie. Vous avez eu le courage de vous défendre. Je vous en remercie sincèrement.»


Sylviane Herranz

* Dernières nouvelles et message de protestation sur: www.unia.ch

 

 

Edition n° 24 du 12 juin 2013

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page