L'initiative AVSplus a abouti
Lancée en mars par l'USS, l'initiative AVSplus pour une AVS forte a été signée par 116'000 personnes

A un rythme digne d'un référendum, l'Union syndicale suisse et ses partenaires ont récolté plus de 116000 signatures en faveur d'une augmentation des rentes AVS. Pour les initiants, c'est la preuve que de larges couches de la population veulent des progrès en matière de prévoyance vieillesse et non pas son démontage. Explications et témoignage d'un militant.

Plus de 116000 signatures récoltées en moins de quatre mois: l'initiative «AVSplus pour une AVS forte» a trouvé une résonnance au sein de la population. Rappelons que ce texte réclame une augmentation des rentes AVS de 10%, rentes qui n'ont plus été majorées depuis 40 ans. «La rente AVS moyenne d'une personne seule serait ainsi rehaussée de 200 francs par mois et celle d'un couple d'environ 350 francs», chiffre, dans un communiqué, l'Union syndicale suisse (USS), à l'origine de ce projet, soutenu par le PS et les Verts, ainsi que par différentes organisations de salariés et de retraités. Une démarche justifiée par le fait que l'objectif constitutionnel stipulant que les rentes vieillesse du premier et du deuxième pilier doivent permettre «de maintenir de manière appropriée» le niveau de vie antérieur n'est pas atteint. «Bien que cet engagement constitutionnel ne soit actuellement pas tenu pour de nombreuses personnes, le Conseil fédéral prévoit principalement des mesures de régression, qui devraient être compensées partiellement par des contributions supplémentaires massives au deuxième pilier», dénonce la faîtière syndicale, se référant aux plans de «démantèlement brutaux de la prévoyance vieillesse avancés par le Conseil fédéral». A savoir un relèvement de l'âge de la retraite des femmes de 64 ans à 65 ans et une baisse du taux de conversion du deuxième pilier de 6,8 à 6%. Il faudra aussi attendre plus longtemps pour prendre une retraite anticipée.

Sûre et équitable
«L'AVS est le principal acquis social des travailleurs. Elle doit permettre à chacun de mener une existence digne à la retraite. Or pour beaucoup de retraités ayant travaillé et versé des cotisations toute leur vie, les rentes actuelles ne suffisent pas», ont argumenté les initiants, notant encore que l'AVS est «sûre et équitable et ne dépend pas de spéculations boursières hasardeuses». Et réclamant une «AVS forte, plutôt qu'un vol des rentes». Quant au mode de financement, l'initiative ne le spécifie pas. «Il pourrait, pour deux tiers, provenir d'un impôt fédéral sur les successions, objet d'une autre initiative populaire qui, si elle aboutit rapporterait deux milliards de francs. Une autre solution serait d'augmenter les cotisations patronales et des travailleurs de 0,55%», note Ewald Ackermann, du service de la communication de l'USS.
Quoi qu'il en soit, l'USS demande aujourd'hui aux communes de valider les signatures restantes jusqu'à la fin août, afin que l'initiative puisse être déposée. Et de conclure: «AVSplus est désormais un atout en main des citoyens pour permettre de riposter à la charge menée contre la prévoyance vieillesse d'un point de vue qui ne soit plus strictement défensif.» La votation aura lieu au plus tôt en 2016 et au plus tard fin 2017.


Sonya Mermoud


«Le score sera serré»

Membre d'Unia depuis 1969, Pierre-André Challandes a récolté à lui seul 348 signatures. Interview expresse

Résidant à Saint-Aubin-Sauges, dans le canton de Neuchâtel, Pierre-André Challandes, qui exerçait autrefois la profession de ferblantier-installateur sanitaire, a réuni en un peu plus d'un mois, dans sa localité et environs, 348 signatures. Un engagement couronné d'un prix - un week-end dans un hôtel pour deux personnes - le retraité de 72 ans étant le second meilleur récolteur de paraphes. Une récompense appréciée mais qui n'était de loin pas sa motivation première... «Avec ou sans celle-ci, j'aurais agi de même», précise Pierre-André Challandes qui se mobilise volontiers pour les sujets qui lui tiennent à cœur, comme celui-ci.

Pourquoi avez-vous participé à la récolte de signatures?
Il est important de rehausser l'AVS car nombre de personnes n'arrivent pas à nouer les deux bouts avec ce montant et en particulier celles qui n'ont pas de 2e pilier. C'est surtout pour ces dernières qu'on se bat. Alors que la vie ne cesse d'augmenter, les rentes ne sont pas relevées systématiquement et les hausses, quand elles interviennent, sont modestes.

Comment avez-vous procédé?
J'ai collecté des signatures sur la place publique mais surtout sonné aux portes des maisons, des appartements d'immeubles locatifs, le soir. Il y avait parfois de la méfiance en raison de vols survenus dans la région. Mais en général, j'ai été bien accueilli, les personnes visitées se sont montrées favorables à l'initiative même si certaines affirmaient qu'un tel projet ne passerait jamais la rampe...

Quels étaient vos arguments pour convaincre vos interlocuteurs?
Ceux mentionnés précédemment. Aux personnes qui me rétorquaient qu'il n'y avait pas d'argent pour augmenter l'AVS, je répondais que si les impôts sur le tabac étaient entièrement dévolus à cette assurance comme prévu au lieu de grossir les caisses fédérales, la question ne se poserait pas.

Quels sont vos pronostics quant à l'acceptation ou non de l'initiative par le peuple?
Le score sera serré. Mais elle passera quand même.

Propos recueillis par SM

 

 

Edition n° 31/32 du 31 juillet 2013

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page