Maçons espagnols et portugais: des cours au pays
Les maçons venant d'Espagne et du Portugal ont la possibilité de se perfectionner dans leur pays sur les méthodes de travail

Des cours de perfectionnement sont organisés en Espagne et au Portugal pour les maçons originaires de ces pays. En Suisse romande, seuls les maçons de certains cantons sont concernés, sauf pour les temporaires qui, depuis l'an dernier, bénéficient des possibilités de formation prévues par la CCT Location de services.

Rentrer au pays durant la saison froide pour s'y former et revenir ensuite sur les chantiers suisses, payé comme un travailleur qualifié? C'est possible pour les maçons espagnols et portugais travaillant dans les cantons soumis au Parifonds de la construction, soit Fribourg, Jura, Berne et Jura bernois pour la Suisse romande. C'est possible aussi pour tous les travailleurs temporaires, dans toute la Suisse, employés par une entreprise soumise à la CCT Location de services. Les travailleurs fixes des autres cantons romands n'ont pas droit à ces cours, les partenaires sociaux ayant un autre système de financement de la formation continue.
Ces cours de perfectionnement sont organisés chaque année en Espagne et au Portugal par le Parifonds, fonds paritaire de la Convention nationale de la construction. Ils se déroulent durant 8 semaines consécutives dans des centres de formation professionnelle, à Arteixo en Galicie pour les Espagnols, et à Avioso près de Porto et Prior Velho près de Lisbonne pour les Portugais. Les prochains cours auront lieu en janvier et février 2014.

Formations spécifiques
Cette possibilité de formation, très prisée et au nombre de places limité à 68 participants, est destinée à des ouvriers ayant au moins 6 mois de pratique sur les chantiers suisses. Elle vise à familiariser les maçons aux méthodes et aux matériaux de construction utilisés en Suisse. Trois formations de base sont proposées: en coffrage, en maçonnerie et en canalisation. Une quatrième formation complète l'offre, elle porte sur les boisages et les puits. Chaque module comprend également les questions de sécurité et la lecture de plans.
La participation aux cours est gratuite pour les travailleurs des entreprises affiliées au Parifonds. Mais c'est à l'employeur qu'il revient de déposer la demande d'inscription de l'ouvrier auprès de la Société suisse des entrepreneurs (SSE), s'il estime que ce dernier est suffisamment motivé. Une indemnité pour perte de gain équivalente à 80% du salaire peut être octroyée en cas de besoin. Un maçon disposant d'une autorisation de séjour de courte durée a lui aussi le droit d'y prendre part. Dans ce cas, il s'engagera à travailler après les cours dans l'entreprise qui l'emploie actuellement et obtiendra un contrat pour 2014. Ces différentes prestations valent pour les travailleurs fixes. Celles pour les temporaires sont un peu différentes (voir ci-dessous).

Classe de salaire supérieure
A leur retour, les maçons toucheront un salaire de classe A, soit celui d'un ouvrier qualifié de la construction. Le passage de la classe B (ouvrier avec connaissance professionnelle) à la classe A leur permettra ainsi de gagner de 400 à 500 francs de plus par mois selon les régions.
L'inscription aux cours est ouverte jusqu'au 8 novembre. Les places étant attribuées selon l'ordre d'arrivée, tout travailleur souhaitant profiter de cette offre doit s'adresser rapidement à son employeur. 


Sylviane Herranz


Les temporaires peuvent aussi en bénéficier
Depuis le début de 2012, la plupart des travailleurs temporaires bénéficient de la CCT Location de services et des possibilités de formation offertes par le fonds paritaire «temptraining». Actif depuis juillet 2012, temptraining a déjà répondu à plus de 3000 demandes de formation et versé plus de 4 millions de francs pour le financement des cours et de la perte de gain. Chaque employé ayant travaillé comme intérimaire pendant au moins 176 heures (22 jours) durant les 12 derniers mois et ayant cotisé au fonds paritaire de la CCT peut bénéficier d'une formation. Le montant accordé pour les frais de cours s'élève à 5000 francs maximum par année et celui pour la perte de gain à 2300 francs.
«En général, nous ne finançons pas les cours à l'étranger, mais comme beaucoup d'ouvriers espagnols et portugais rentrent en hiver car ils n'ont pas les moyens de rester ici, nous faisons une exception pour les cours pour maçons organisés par la SSE en Espagne et au Portugal», explique Monika Rüeger de temptraining.
La responsable ajoute que les travailleurs temporaires de tous les cantons souhaitant participer à ces cours et remplissant les conditions ci-dessus doivent demander à leur entreprise de placement de les inscrire auprès de la SSE. S'il n'a pas le soutien de son employeur, le travailleur temporaire ayant de l'expérience sur les chantiers suisses peut le faire lui-même. Dans la foulée, une demande de financement doit être adressée auprès de temptraining. Cette demande doit impérativement arriver avant le début de la formation, sinon elle sera rejetée.
«Les places pour les cours en Espagne et au Portugal étant limitées, nous conseillons vivement aux travailleurs temporaires de se perfectionner en Suisse, que ce soit dans leur métier ou dans un autre domaine. Ils peuvent par exemple suivre un cours de grutier ou de chariot élévateur, mais également de langue ou d'informatique. Il existe sur notre site une liste de quelque 900 instituts pour lesquels nous accordons des financements», souligne Monika Rüeger. Elle informe encore que des renseignements peuvent être obtenus auprès de temptraining ou sur le site internet. Des informations y sont disponibles en espagnol et en portugais.

SH

Plus d'informations auprès de Temptraining: 044 388 95 30; www.temptraining.ch

 

Edition n° 40 du 2 octobre 2013

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page