Des cacahučtes pour les ouvriers agricoles vaudois
Selon le nouveau contrat type de travail du canton de Vaud le personnel agricole vaudois touche 50 francs de plus par mois

Le nouveau contrat type de travail n'a pas tenu compte des revendications syndicales. Les ouvriers agricoles vaudois travailleront 49h30 et 51h30 (pour les exploitations avec bétail) par semaine pour un salaire minimum mensuel de 3370 francs brut. Un scandale selon les syndicats.

«On prend ce qu'on peut prendre, mais c'est scandaleux!» Philippe Sauvin, secrétaire syndical de L'autre syndicat, ne cache pas sa colère face au nouveau contrat type de travail entré en vigueur ce 1er mars. Le salaire minimum a été fixé à 3370 francs brut par mois (au lieu de 3320 francs jusqu'à présent, salaire qui n'avait été augmenté ces 5 dernières années que de 20 francs). Soit un salaire horaire de moins de 16 francs. La durée hebdomadaire de travail baisse de 30 minutes. Celle-ci passe donc de 52 heures à 51h30 en moyenne annuelle dans les exploitations avec bétail, et de 50 à 49h30 pour les autres. Ces quelques mesures sont exactement ce que proposaient les patrons en 2013 qui avaient rejeté les revendications syndicales.
L'autre syndicat et Unia Vaud demandaient, entre autres dispositions, un salaire minimum de 3500 francs pour une durée de 45 heures de travail hebdomadaire. Le 25 novembre 2014, ils déposaient une pétition munie de plus de 2000 signatures allant dans ce sens au Conseil d'Etat vaudois. «On aurait pu espérer de la part d'un Conseil d'Etat de gauche, qui représente la dernière instance, de reconnaître la pénibilité du travail des ouvriers agricole», s'insurge Philippe Sauvin. «Ne concéder qu'une seule demi-heure, ça me paraît très léger comme mesure. C'est traiter cette population comme de la piétaille.»

Augmentation en 2016
Et dire que les conditions de travail sont encore pires en Suisse alémanique et dans d'autres cantons romands. «En Valais et à Fribourg, le temps de travail est encore de 55 heures hebdomadaires», précise Amilcar Cunha, secrétaire syndical en charge de l'agriculture d'Unia Vaud. «Par contre, il est de 45 heures à Genève. En Autriche, il est même de 41 heures, et de 35 heures en France.»
Dès le 1er janvier 2016, le salaire minimum sera augmenté de 50 francs. Son montant sera donc de 3420 francs brut par mois (sans treizième salaire). Mais la revendication des syndicats de diminuer encore de 30 minutes le temps de travail n'a pas été entendue. Reste qu'un groupe de travail tripartite va se former pour rediscuter des propositions syndicales telles que: l'introduction d'un programme de formation permettant une reconnaissance des acquis des travailleurs par une classification salariale, une intervention au niveau fédéral pour l'harmonisation en Suisse des conditions de travail dans l'agriculture et la soumission du secteur de l'agriculture à la Loi fédérale sur le travail, ainsi qu'une meilleure rémunération de la production agricole pour permettre des conditions sociales équitables pour tous les acteurs et toutes les actrices de la filière. Du pain sur la planche...

Aline Andrey

 

 

Edition n° 10 du 4 mars 2015

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page