Négociations urgentes dans la construction
Les maçons veulent négocier une nouvelle convention nationale améliorée de la construction et garantir la retraite anticipée

La Landsgemeinde de la construction s'est déroulée samedi dernier à Berne, réunissant quelque 500 délégués. A cette occasion les travailleurs ont réclamé l'ouverture de pourparlers en vue de la signature d'une nouvelle convention nationale (CN) de la construction, celle en cours arrivant à échéance à la fin de l'année. «Jusqu'ici, la Société suisse des entrepreneurs (SSE) a refusé d'entrer en matière sur le renouvellement de la CN. Les maçons ont insisté sur l'urgence d'ouvrir des négociations», a précisé Unia dans un communiqué, estimant qu'un éventuel vide conventionnel à craindre en 2016 ne serait dans l'intérêt de personne. «Les maçons ne veulent pas d'une simple reconduction de l'accord actuel. Différentes améliorations sont attendues», précise Lionel Roche, membre de la direction du secteur construction.

Protection de la santé
Parmi les principales revendications des participants, figurent notamment une solution praticable en matière de protection contre les intempéries, une limitation de la flexibilisation du temps de travail ou encore un renforcement des moyens de lutte contre le dumping. Et le syndicat de rappeler que les maçons travaillent dur, à l'extérieur par tous les temps, dans un environnement de travail dangereux. Ils sont exposés tant au froid glacial qu'au soleil de plomb. «Outre le stress et les délais toujours plus courts à respecter, c'est sans doute un des facteurs expliquant que chaque année un ouvrier sur cinq soit victime d'un accident de chantier.» Autre cheval de bataille de l'assemblée, la pérennité de la retraite anticipée à 60 ans. Celle-ci fait l'objet d'une convention séparée de la CN. Toutefois, les travailleurs veulent que la question de son financement futur soit discutée et réglée maintenant, simultanément à la CN. «En effet, la retraite anticipée du secteur de la construction est un modèle à succès. Il est désormais acquis que ces prochaines années le nombre de rentiers augmentera fortement, notamment à cause de l'arrivée de la génération baby boom. Dans ce contexte, les maçons veulent anticiper les mauvaises surprises et réclament que des mesures soient prisent pour garantir le maintien de la retraite anticipée à 60 ans», poursuit Lionel Roche. Et de préciser.

Déterminés à se battre
« Une partie des entrepreneurs veut au contraire augmenter l'âge de retraite. Les maçons ont clairement dit: ne touchez pas à la retraite à 60 ans. Avec la nouvelle CN le financement de la retraite anticipée doit aussi être garantie.»
Les participants à la Landsgemeinde ont en outre exigé l'introduction de meilleurs instruments contre la sous-enchère salariale dans la nouvelle mouture, ce «afin d'éviter que le dumping ne se généralise sur les chantiers suisses».
Déterminés à se battre pour la signature d'une Convention améliorée et de défendre la retraite à 60 ans, les délégués ont d'ores et déjà décidé d'une mobilisation nationale le 27 juin à Zurich. Rappelons que la CN régit les conditions de travail de 100 000 salariés, garantissant des salaires minimums et des contrôles des conditions de travail et de salaire. 

Sonya Mermoud

 

Edition n° 18 du 29 avril 2015

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page